Les indicateurs du marché du travail de la construction se rapprochent des niveaux d’avant la pandémie


Carrefour Marché de l’emploi

Selon les dernières données de l’Enquête sur la population active (EPA) publiées par Statistique Canada, plusieurs des principaux indicateurs du marché du travail de la construction sont revenus à des niveaux sensiblement équivalents à ceux d’avant la pandémie.

Dans son rapport annuel, l’organisme national indique en mars une hausse de l’emploi dans tous les secteurs, soit 303 000 emplois supplémentaires (+1,6 %) et une remontée à plus ou moins 1,5 % de son niveau de février 2020. Le secteur de la construction figure parmi les secteurs affichant des augmentations et enregistre 24 900 travailleurs supplémentaires.

Les chiffres non corrigés de mars 2021 dans le secteur de la construction montrent que l’emploi est désormais à seulement 16 400 travailleurs (-1,2 %) du niveau enregistré en mars 2020. Il convient toutefois de souligner que les données utilisées par Statistique Canada dans la compilation des données de l’EPA de mars 2020 ont été recueillies pendant la semaine du 15 au 21 mars. Par conséquent, cette enquête ne reflète donc que partiellement les répercussions des décrets d’urgence que la plupart des provinces ont pris cette semaine-là.

Comparativement aux niveaux enregistrés en mars 2019, l’emploi dans le domaine de la construction a augmenté de 6 000 travailleurs.

Graphique : Population active, emploi et taux de chômage dans  le secteur de la construction (%), Canada

Huit provinces ont rapporté des hausses

Le regain constaté en mars dans le secteur de la construction a permis au secteur de faire volte-face au début d’année morose. À la suite d’une contraction en janvier et d’un léger regain en février, la hausse de l’emploi enregistrée en mars a été stimulée par des augmentations dans huit provinces.

L’emploi à Terre-Neuve-et-Labrador a augmenté de 17 %, soit la plus forte augmentation mensuelle en pourcentage enregistrée au pays et la première de cette envergure, depuis octobre 2020, dans la province. La Nouvelle-Écosse (+12 %), l’Île-du-Prince-Édouard (+7 %) et la Saskatchewan (+7 %) ont également enregistré des augmentations significatives. Dans les autres provinces, à l’exception du Québec et du Nouveau-Brunswick (respectivement -1 %), des augmentations de 2 % et 4 % ont été enregistrées.

Le taux de chômage continue de glisser

Le taux de chômage dans le domaine de la construction a continué de glisser en mars. Le taux a subi un déclin de 1,2 point de pourcentage pour s’établir à 8,5 % en mars, et se situe désormais 1,7 point sous les niveaux de mars 2020.

En dépit d’augmentations significatives de l’emploi en mars, Terre-Neuve-et-Labrador continue de rapporter le taux de chômage le plus élevé d’entre toutes les provinces, qui s’établit à 31 %. Ce chiffre est 6 points de pourcentage inférieur au total de février. Au Nouveau-Brunswick, on constate pour la première fois, depuis octobre, une diminution du taux de chômage qui a glissé de 2,6 points de pourcentage pour atteindre 24 %.

La Colombie-Britannique (+0,4 %), la Saskatchewan (+1,5 %) et le Manitoba (+0,8 %) sont les seules provinces à avoir enregistré une augmentation du taux de chômage dans le secteur de la construction. La Colombie-Britannique (+1,2 %) est également l’unique province à avoir enregistré une augmentation par rapport à l’année précédente.

Les indicateurs de la population active se rapprochent des niveaux d’avant la pandémie : le nombre d’heures travaillées a dépassé le total de mars 2020

Les données de l’EPA montrent que la population active du secteur de la construction affiche un taux à peine 3,1 % (-47 400 emplois) en deçà du sommet d’avant la pandémie. Contrairement à Terre-Neuve-et-Labrador où nous avons enregistré la plus forte baisse de la population active par rapport à l’année précédente (-18,1 %), la Nouvelle-Écosse (9,8 %), la Saskatchewan (7,8 %) et le Manitoba (2,2 %) ont tous enregistré des hausses annuelles considérables.

Le nombre total d’heures travaillées a augmenté de façon importante en mars (+12 %) et est maintenant 16 % plus élevé par rapport aux niveaux enregistrés en mars 2020. Quoique le nombre d’heures travaillées a pratiquement augmenté dans chaque province, les plus fortes augmentations par rapport aux niveaux de février ont toutefois été enregistrées en Saskatchewan (24 %) et en Ontario (18 %). Le Nouveau-Brunswick est la seule province à rapporter un léger déclin annuel (<1 %).

Bob Collins
Bob Collins est économiste en chef pour ConstruForce Canada.