L’emploi en construction se maintient malgré la troisième vague de COVID-19


Carrefour Marché de l’emploi

Pour le moment, le secteur de la construction tient le coup face à la troisième vague de propagation.

L’Enquête sur la population active (EPA) de Statistique Canada pour le mois d’avril montre une hausse de l’emploi sectoriel pour un troisième mois consécutif. On constate un gain de 30 700 travailleurs (+2 %) pour le mois, mais l’emploi demeure environ 21 000 travailleurs en deçà du niveau d’avant la pandémie enregistré en avril 2019.

Statistique Canada a recueilli les données pour son rapport de l’EPA d’avril pendant la semaine du 11 au 17 avril, soit au moment où plusieurs gouvernements provinciaux resserraient les mesures de santé public en raison de la troisième vague de COVID-19.

L’Ontario a imposé un confinement le 8 avril restreignant de nombreuses entreprises non essentielles et obligeant la fermeture de chantiers jugés non essentiels. La Colombie-Britannique était toujours en mode « briser la chaîne de propagation » en date du 30 mars, et des mesures sanitaires plus strictes ont aussi été de nouveau imposées dans de nombreuses régions du Québec.

Selon Statistique Canada, l’emploi global corrigé des variations saisonnières à l’échelle nationale a diminué de 207 000 travailleurs (-1,1 %), le taux de chômage du pays s’est établi à plus de 8 % et le taux de sous-utilisation de la main-d’œuvre (qui tient compte de l’ensemble des personnes qui peuvent et veulent travailler) a augmenté pour atteindre 17 %.

Les déclins au chapitre de l’emploi étaient plus marqués dans les secteurs les plus touchés par les restrictions imposées par les autorités sanitaires, soit les secteurs du commerce de détail (-84 000), de l’hébergement et de la restauration (-59 000), ainsi que de l’information, de la culture et des loisirs (-26 000). Les provinces où les mesures de confinement étaient les plus sévères ont aussi connu les pertes les plus importantes, notamment l’Ontario (-153 000 ou -2,1 %) et la Colombie-Britannique (-43 000 ou -1,6 %).

Les tendances de l’emploi en construction varient selon les provinces

Globalement, les niveaux d’emploi provinciaux non corrigé des variations saisonnières ont évolué de manière positive.

Graphique : Population active, emploi et taux de chômage dans le secteur de la construction (%), Canada

Le secteur de la construction du Nouveau-Brunswick a enregistré la plus forte augmentation mensuelle de l’emploi (+7 %); il s’agit des premiers gains réalisés depuis octobre 2020. On note aussi des hausses importantes au Québec (+6 %), en Saskatchewan (+5 %) et en Ontario (+2 %), ainsi que des augmentations de 1 % ou moins en Colombie-Britannique, en Alberta et au Manitoba. Les trois autres provinces de l’Atlantique, quant à elles, ont enregistré des baisses en avril qui sont probablement attribuables aux préoccupations grandissantes relatives à l’accroissement des cas de COVID-19.

D’une année à l’autre, l’emploi dans le secteur de la construction a augmenté de 24 % à l’échelle nationale et de façon notable dans plusieurs provinces, notamment au Québec (77 %), en Nouvelle-Écosse (28 %) et en Saskatchewan (25 %). Terre-Neuve-et-Labrador a été la seule province à connaître un déclin avec une diminution de l’emploi de 3,3 % par rapport au niveau d’avril 2020.

Il convient aussi de mentionner la croissance constante de la population active du secteur. Au cours des douze derniers mois, le secteur a en effet gagné plus de 99 000 travailleurs. La population active globale en construction s’établit ainsi maintenant à plus de 1,5 million de travailleurs.

Les provinces dont la population active a le plus augmenté d’une année à l’autre sont la Nouvelle-Écosse (+5 500 travailleurs ou 16 %), la Saskatchewan (+5 900 travailleurs ou 14 %) et le Québec (33 500 travailleurs ou 13 %). L’Île-du-Prince-Édouard (-8 %), Terre-Neuve-et-Labrador (-1 %) et la Colombie-Britannique (-0,2 %) sont les seules provinces à avoir rapporté des déclins annuels dans leur population active. 

La capacité du secteur est plus élevée qu’il y a un an

Les travailleurs de la construction ont beaucoup plus travaillé le mois dernier comparativement à avril 2020, quand les mesures sanitaires étaient les plus rigoureuses et que certains segments devaient composer avec des restrictions.

Par conséquent, le nombre total d’heures travaillées à l’échelle nationale était considérablement plus élevé : on constate une augmentation de 78 % comparativement à avril 2020 et de 10 % comparativement à avril 2019. Des gains d’une année à l’autre ont été observés dans toutes les provinces pour ce qui est des heures travaillées. Le Québec a enregistré une hausse de 379 % par rapport à avril 2020. En glissement mensuel, cependant, les heures travaillées ont diminué à Terre-Neuve-et-Labrador (-21 %), au Manitoba (-3 %) et en Ontario (-5 %).

Bob Collins
Bob Collins est économiste en chef pour ConstruForce Canada.