On constate des gains au chapitre de la population active en août, mais des défis se profilent à l’horizon


Carrefour Marché de l’emploi

Lors de la dernière Enquête sur la population active de Statistique Canada, qui a été réalisée pendant la semaine du 15 au 21 août, les autorités sanitaires de la plupart des provinces approchaient de la fin de leurs plans de réouverture. Les lieux intérieurs, comme les restaurants, les installations de loisirs, les services de soins personnels, les commerces de détail et les salles de divertissement étaient, de manière générale, autorisés à rouvrir à condition de respecter certaines restrictions quant à la capacité. Pour la première fois depuis mars 2020, les personnes entièrement vaccinées aux États-Unis pouvaient également traverser la frontière canadienne pour des raisons non essentielles sans devoir se mettre en isolement.

En conséquence, l’emploi total corrigé des variations saisonnières à l’échelle du secteur a grimpé de 90 000 travailleurs (+0,5 %) en août. La hausse constatée en août, jumelée aux gains enregistrés en juin et en juillet, porte l’emploi plus près du niveau du début de la pandémie, soit seulement 156 000 travailleurs (-0,8 %) sous le niveau de février 2020. Le taux de chômage a diminué pour un troisième mois consécutif en août pour atteindre 7,1 % (-0,4 point de pourcentage), soit le taux le plus faible observé depuis le début de la pandémie.

Graphique : Population active, emploi et taux de chômage dans le secteur de la construction (%), Canada

Le nombre de travailleurs augmente et le taux de chômage baisse en construction

La population active du secteur de la construction canadien poursuit sa remontée vers les niveaux d’avant la pandémie. Statistique Canada rapporte un gain de 26 000 travailleurs (+1,7 %) pour août, soit le septième mois consécutif où l’on constate une amélioration de l’emploi. L’emploi se situe maintenant 65 800 travailleurs (+4,5 %) au-dessus du niveau d’août 2020 et 47 700 travailleurs (-3 %) sous celui d’août 2019.

Les données sont encourageantes, étant donné que le nombre de travailleurs au sein du secteur continue d’augmenter et que le taux de chômage décline. On constate un gain de 17 000 travailleurs supplémentaires en août, pour population active totale du secteur de 1 569 000 travailleurs. Ce chiffre n’est que légèrement supérieur (+0,2 %) au niveau enregistré en août 2020 et représente la première hausse annuelle depuis mai.

Terre-Neuve-et-Labrador, la Nouvelle-Écosse, le Québec, l’Ontario et le Manitoba rapportent tous des gains au chapitre de la population active par rapport à août 2020. Dans les autres provinces, la population active a diminué, de matière plus notable à l’Île-du-Prince-Édouard.

Le taux de chômage du secteur en glissement mensuel, qui était demeuré stable en juillet, a diminué de 0,6 point de pourcentage en août pour atteindre 3,4 %. Ce taux est 4 points de pourcentage sous le niveau d’août 2020 et 1,3 point de pourcentage sous celui de 2019.

Le taux de chômage était en baisse dans la majorité des provinces en août, le Nouveau-Brunswick (-2,9 %) et l’Alberta (-2,1 %) ayant rapporté les baisses les plus importantes. Le taux de chômage a escaladé en Colombie-Britannique (+1,9 point de pourcentage) et à Terre-Neuve-et-Labrador (+1,6 point de pourcentage), et a légèrement augmenté au Québec (+0,9 point de pourcentage) par rapport à juillet. Les autres provinces ont enregistré des baisses de moins de 2 %.

On observe un recul des autres indicateurs clés

Bien que les statistiques liées à l’emploi d’août semblent traduire une reprise et une croissance continues, des signes pourraient indiquer que le secteur a atteint un sommet pour l’année.

Au début de septembre, Statistique Canada a rapporté que la valeur des permis délivrés à l’échelle du pays avait chuté de 3,9 % en juillet 2021 pour atteindre moins de 10 G$. Toutes les provinces, à l’exception de la Colombie-Britannique et de Terre-Neuve-et-Labrador, ont enregistré des pertes. Le secteur résidentiel (-3,1 %) et le secteur non résidentiel (-5,6 %) ont également connu un repli.

Pendant ce temps, l’investissement dans la construction a également fléchi (-1,7 %) en juillet. Un gain modeste dans le secteur de la construction non résidentielle a été plus que neutralisé par un troisième mois consécutif de réduction de l’activité dans le secteur résidentiel.

Voilà deux indicateurs pouvant signaler que l’activité a plafonné. En outre, la perspective d’une quatrième vague de COVID-19 laisse présager un nouveau ralentissement.

Bob Collins
Bob Collins est économiste en chef pour ConstruForce Canada.