Les gains en matière d’emploi ralentissent à l’échelle nationale et les tendances provinciales continuent de varier


Carrefour Marché de l’emploi

On constate de nouveau un gain en matière d’emploi dans le secteur de la construction en novembre, mais il reste encore beaucoup de chemin à faire pour revenir aux niveaux d’avant la pandémie.

La dernière Enquête sur la population active (EPA) de Statistique Canada, qui a été réalisée dans la semaine du 8 au 14 novembre, révèle une hausse du nombre d’emplois dans le secteur de 0,3 % pour le mois. L’emploi est passé de 1 438 000 travailleurs en octobre à 1 442 000 en novembre, soit une augmentation de 4 300 travailleurs. Bien que l’on constate une amélioration considérable du nombre d’emplois par rapport au début de la pandémie (1 119 000 en avril 2020), le nombre d’emplois dans le secteur demeure 4,6 % sous celui enregistré en novembre 2019.

La population active dans le secteur a pour sa part gonflé de 7 300 travailleurs, atteignant 1 549 100 travailleurs en novembre 2020. Il s’agit d’une hausse de 0,5 % par rapport à la population active de 1 541 800 travailleurs enregistrée en octobre. La population active à l’échelle nationale a toutefois baissé de 3,7 %
(-60 100 travailleurs) par rapport à novembre 2019 (1 609 200 travailleurs).

Au pire de la pandémie, la fermeture généralisée des marchés économiques a eu des répercussions directes sur des millions de travailleurs canadiens, beaucoup ayant perdu leur emploi ou s’étant tournés temporairement vers d’autres secteurs. En date du mois de novembre, la situation s’est toutefois beaucoup améliorée.

Graphique : Population active, emploi et taux de chômage dans  le secteur de la construction (%), Canada

Variation des tendances provinciales

Le secteur de la construction de l’Ontario était l’un des rares au pays à enregistrer une hausse de la population active en novembre. En effet, on compte 23 300 travailleurs de plus dans la province par rapport à octobre, soit une hausse de 4,1 %. Il s’agit de la hausse la plus élevée enregistrée dans tout le pays. Au deuxième rang, la Colombie-Britannique a enregistré un gain de 4 800 travailleurs, tandis que la Nouvelle-Écosse (900) et
l’Île-du-Prince-Édouard (100) n’ont enregistré qu’une légère progression.

Inversement, la population active dans le secteur de la construction au Québec et en Alberta a été frappée plus durement. Le Québec a perdu 8 200 travailleurs, soit environ 2,7 % de sa population active, et l’Alberta
7 800, ou 3,0 %. On constate aussi un déclin proportionnel notable de la population active au
Nouveau-Brunswick (-6,7 %) et au Manitoba (-4,5 %).

Dans toutes les provinces, la population active a diminué par rapport aux niveaux de 2019. Les provinces qui essuient les plus grandes pertes sont la Colombie-Britannique (-10,3 %), l’Île-du-Prince-Édouard (-9,0 %), la Saskatchewan (-7,9 %) et Terre-Neuve-et-Labrador (-7,8 %). Ces déclins se reflètent sur l’emploi : le nombre d’emplois a diminué de 12,7 % en Colombie-Britannique, de 9,8 % en Saskatchewan, de 8,8 % à Terre-Neuve-et-Labrador et de 8,3 % au Nouveau-Brunswick. Dans les autres provinces, on constate un déclin de moins
de 5 %. L’Ontario a presque atteint le même niveau que l’année précédente avec un déclin de seulement 1,1 %.

À l’échelle nationale, le taux de chômage a diminué de 0,1 point de pourcentage pour atteindre 8 % en novembre. Le taux de chômage dans le secteur de la construction est passé de 6,8 % en octobre à 6,9 % en novembre et demeure 0,9 point de pourcentage au-dessus de celui de novembre 2019.

En ce qui concerne les provinces, Terre-Neuve-et-Labrador et le Nouveau-Brunswick ont enregistré les taux de chômage les plus élevés dans le secteur de la construction (16,9 % et 16,8 %, respectivement) et l’Ontario et la Nouvelle-Écosse les plus bas (5,3 % et 5,4 %, respectivement).

Les taux en Colombie-Britannique continuent de surprendre, l’emploi prenant plus de temps que prévu à revenir aux niveaux d’avant la pandémie. Le taux de chômage de cette province a augmenté de 2,4 % en novembre 2020 par rapport au taux de 4,8 % enregistré en 2019; on ne constate qu’une légère baisse de 0,2 % par rapport à octobre.

Croissance dans le secteur résidentiel

La hausse de la demande de main-d’œuvre en construction est attribuable au secteur résidentiel, comme cela a été le cas pendant la majeure partie de la période de reprise économique.

Le dernier rapport de Statistique Canada sur l’investissement dans la construction d’immeubles, pour le mois d’octobre 2020, suggère que la tendance se poursuivra. Les données montrent une augmentation de l’investissement dans le secteur de la construction résidentielle (0,7 %) pour un sixième mois consécutif. La demande est particulièrement forte dans le secteur de la construction de maisons isolées, où l’investissement a grimpé à 5,5 G$, soit une hausse de 3,7 %. Toutes les provinces à l’exception de l’Île-du-Prince-Édouard ont enregistré des gains, l’Ontario (3,3 %) et la Saskatchewan (27,7 %) menant la marche.

L’investissement dans la construction de maisons unifamiliales était 7,7 % plus élevé en octobre qu’en février 2020, le dernier mois avant la pandémie pour lequel des données sont disponibles.

L’investissement dans la construction d’immeubles à logements multiples a pour sa part chuté de 2,1 % en octobre, la première baisse en cinq mois. Sept provinces enregistrent une décroissance, le Manitoba (-24,6 %) et l’Alberta (-9,2 %) affichant les plus fortes baisses. L’Ontario, le Québec et l’Île-du-Prince-Édouard sont les seules provinces à avoir enregistré des gains.

Dans l’intervalle, l’investissement dans le secteur de la construction non résidentielle demeure faible. Les totaux ont chuté de 3,2 % en octobre, la plus forte baisse étant dans le secteur de la construction commerciale (-4,7 %). Toutes les provinces ont affiché une diminution de l’investissement dans le secteur non résidentiel, le Québec affichant la plus forte baisse (-13,4 %). L’investissement dans les secteurs de la construction industrielle (-1,7 %) et institutionnelle (-0,8 %) a aussi chuté à l’échelle nationale. Du côté de la construction industrielle, huit provinces ont affiché une baisse en octobre, alors que du côté de la construction institutionnelle, les déclins au Québec (-1,9 %) et en Ontario (-1,2 %) ont été compensés par les gains en Colombie-Britannique (+2,2 %) et à Terre-Neuve-et-Labrador (+6,6 %).

Bob Collins
Bob Collins est économiste en chef pour ConstruForce Canada.