L’emploi, tous secteurs confondus, continue de progresser en novembre tandis que la construction ralentit à l’approche de l’hiver


Carrefour Marché de l’emploi

Le mois de novembre a marqué une autre période de forte croissance pour le marché du travail canadien; la population active à l’échelle nationale comptant 154 000 travailleurs supplémentaires et poursuivant sa reprise après la pandémie.

Statistique Canada a mené sa dernière Enquête sur la population active (EPA) au cours de la semaine du 7 au 13 novembre, alors que les mesures de santé publique relatives à la COVID-19 n’avaient, en grande partie, pas changé par rapport au mois précédent. L’EPA a révélé que l’emploi total désaisonnalisé a augmenté de 0,8 %. En outre, le taux de chômage national, tous secteurs confondus, a diminué pour le sixième mois consécutif. La baisse de 0,6 point de pourcentage a ramené le taux de chômage à 6 % en novembre, ce qui représente la plus forte baisse mensuelle depuis mars 2021.

Bien que positifs, de tels changements pourraient présager un nouveau défi.

Les données sur les postes vacants pour septembre et les résultats de l’EPA pour novembre indiquent que les marchés du travail ressemblent de plus en plus à ceux observés depuis l’été 2019. À cette période, le taux de chômage du Canada avait atteint un creux record, les salaires moyens avaient augmenté après une période prolongée de faible croissance, et les postes vacants s’étaient multipliés.

Statistique Canada prévient que de telles conditions pourraient contribuer à l’apparition ou à l’aggravation de déséquilibres dans les marchés du travail provinciaux, régionaux et locaux, y compris des pénuries de compétences particulières, ou des inadéquations géographiques entre les postes vacants et les travailleurs disponibles ayant les compétences nécessaires pour les combler.

Les indicateurs de la construction suivent une tendance à la baisse

Parallèlement, on observe une certaine modération de l’emploi en construction, conformément aux tendances saisonnières habituelles.

Les chiffres non désaisonnalisés révèlent un autre ralentissement de l’activité dans le secteur. L’emploi a diminué pour un troisième mois consécutif, le secteur ayant enregistré une perte de 21 100 travailleurs (-1,4 %). De tels ralentissements sont courants à cette période de l’année, car certains des éléments saisonniers de la construction commencent à réduire leurs activités.  

L’emploi en novembre était de 1,6 % plus élevé (+23 200 travailleurs) qu’il y a un an, mais il demeure inférieur de 3,4 % (-51 400 travailleurs) aux niveaux records de 2019. L’emploi en novembre 2021 correspond aux niveaux historiques moyens.  

Graphique : Population active, emploi et taux de chômage dans  le secteur de la construction (%), Canada

En novembre, l’emploi a diminué dans toutes les provinces, sauf en Nouvelle-Écosse (+5,3 %), en Ontario (+1,3 %) et en Alberta (+0,8 %). Terre-Neuve-et-Labrador a connu la plus forte baisse de l’emploi (-8,9 %), suivie du Manitoba (-7,9 %) et de la Saskatchewan (-5,8 %). Les autres provinces ont toutes déclaré des déclins mensuels de moins de 5 %.

Comparativement à 2020, les niveaux d’emploi en novembre sont plus faibles à l’Île-du-Prince-Édouard (-7,5 %), à Terre-Neuve-et-Labrador (-3,7 %), en Colombie-Britannique (-2,2 %) et en Alberta (-1,2 %). Parmi les autres provinces, le Nouveau-Brunswick (+14,8 %) a enregistré la plus forte augmentation de l’emploi annuel; les autres provinces ont toutes connu des gains de 6,1 % ou moins.

Seuls le Nouveau-Brunswick (+7,9 %) et la Nouvelle-Écosse (+2,7 %) ont enregistré des hausses des niveaux d’emploi par rapport à novembre 2019. L’Ontario a déclaré des chiffres quasiment inchangés, tandis que l’emploi dans le secteur en Colombie-Britannique est demeuré inférieur de 14,7 % aux niveaux antérieurs à la COVID-19.

La population active de la construction a décliné pour un troisième mois consécutif. Environ 7 700 travailleurs ont quitté le secteur en novembre, ce qui a porté la population active du secteur à 1 531 500 travailleurs. Ce chiffre est inférieur de 1 % à celui de novembre 2020 et d’environ 5 % à celui de novembre 2019. La Saskatchewan, le Québec, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse ont tous déclaré des gains au chapitre de la population active sur 12 mois, tandis que l’Île-du-Prince-Édouard (-9,7 %) a enregistré la plus forte baisse d’une année à l’autre.

Enfin, les heures travaillées ont diminué dans toutes les provinces, sauf en Ontario (+10,9 %) et en Nouvelle-Écosse (aucune modification). La Saskatchewan (-9,8 %) a enregistré la chute la plus importante du nombre d’heures travaillées pour le mois, ce qui concorde avec la baisse notable de l’emploi et la hausse du taux de chômage dans cette province.

Malgré cette diminution, l’activité du secteur continue d’être beaucoup plus importante qu’à la même période l’année dernière. Le nombre total d’heures travaillées à l’échelle nationale demeure supérieur de 3,6 % à ce qu’il était en novembre 2020. Le nombre d’heures travaillées n’est pas revenu aux niveaux d’avant la COVID-19, mais il se situe à moins de 1 % du nombre d’heures travaillées en novembre 2019.

Bob Collins
Bob Collins est économiste en chef pour ConstruForce Canada.