Population active de la construction de la Saskatchewan : croissance modérée à long terme tandis que les marchés résidentiel et non résidentiel divergeront


Ottawa – Selon les prévisions sur le marché du travail publiées aujourd’hui par ConstruForce Canada, les besoins en main-d’œuvre du secteur de la construction et de l’entretien de la Saskatchewan devraient augmenter légèrement d’ici 2029, le secteur résidentiel affichant une reprise à mesure que les projets non résidentiels seront achevés.

À partir de 2020, les marchés résidentiel et non résidentiel de la province divergeront, la reprise dans la construction de nouvelles habitations compensant la diminution de l’activité dans le secteur non résidentiel. D’après les prévisions du rapport provincial Regard prospectif – Construction et maintenance 2020-2029 de ConstruForce Canada, la baisse globale de l’emploi devrait se stabiliser en 2020-2021, car l’emploi sera stimulé par la hausse des exportations qui favoriseront une croissance économique modérée et une reprise anticipée dans la construction de nouvelles habitations et d’immeubles industriels, commerciaux et institutionnels (ICI).

« Une période de croissance modérée devrait suivre, compte tenu de nouveaux investissements dans le secteur des ressources naturelles prévus après 2021, affirme Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada. Outre cette demande, on s’attend à une reprise continue dans la construction de nouvelles habitations, stimulée par une croissance démographique plus forte. »

Dans l’ensemble, l’emploi dans le secteur de la construction devrait augmenter légèrement d’ici la fin de la période de prévision 2020-2029, des gains plus importants étant concentrés dans la construction résidentielle et d’immeubles ICI.

Dans le secteur non résidentiel, une légère diminution de l’emploi sera enregistrée entre 2020 et 2021, compte tenu de l’achèvement du projet de canalisation 3 d’Enbridge et d’un déclin dans les travaux liés aux autoroutes et aux ponts. Les besoins dans le secteur non résidentiel augmenteront ensuite de 2 400 travailleurs (+8,6 %) entre 2022 et 2024, cette hausse étant partiellement attribuable au démarrage prévu de grands projets proposés (usine de gaz naturel et agrandissement d’une mine de potasse).

« Cependant, à mesure que la décennie avancera, les besoins dans le secteur non résidentiel seront de plus en plus associés à la construction d’immeubles ICI et aux travaux d’entretien, car l’activité liée aux grands projets de génie civil diminuera par rapport aux sommets précédents », explique M. Ferreira.

Dans ce contexte, à la fin de la période de prévision, la population active du secteur non résidentiel comptera 600 travailleurs de plus qu’en 2019.

Dans le secteur résidentiel, des gains modérés au chapitre de l’activité de rénovation et d’entretien et une hausse dans la construction de nouvelles habitations feront augmenter la population active du secteur résidentiel de quelque 2 300 travailleurs pendant la décennie. De nouvelles mises en chantier contribueront à une reprise après de bas niveaux records en 2019, et elles atteindront les 5 800 unités d’ici 2029. La croissance devrait s’accélérer après 2021, stimulée par une croissance économique globale plus forte et par une hausse dans la formation de ménages.

Le départ à la retraite attendu d’un peu plus de 9 100 travailleurs dominera les besoins de recrutement pendant la prochaine décennie, et on prévoit l’arrivée de 9 500 nouveaux venus âgés de 30 ans ou moins dans la province. Toutefois, la capacité de la Saskatchewan à satisfaire ses besoins de recrutement futurs de quelque 11 500 travailleurs à partir de la population locale dépendra des efforts déployés pour limiter le départ de travailleurs qualifiés en période de ralentissement de la croissance.

« D’autres provinces canadiennes chercheront à attirer les travailleurs de métier qualifiés que la Saskatchewan peut fournir, poursuit M. Ferreira. Le secteur doit s’efforcer de conserver ses travailleurs et s’assurer qu’ils peuvent faire la transition entre les marchés non résidentiel et résidentiel. »

Le perfectionnement de travailleurs de métier qualifiés dans le secteur de la construction nécessite des années et exige souvent la participation à un programme d’apprentissage provincial. Plus de 10 400 apprentis se sont inscrits dans les 16 plus grands programmes de métiers en construction de la Saskatchewan entre 2013 et 2019, et près de 7 400 personnes ont terminé leur formation pendant cette période. Selon les tendances actuelles en matière d’achèvement des programmes d’apprentissage, plusieurs métiers pourraient ne pas suivre le rythme des départs à la retraite, ce qui pourrait causer une pénurie de compagnons d’ici 2029, et le risque pourrait être plus élevé pour les chaudronniers, les charpentiers-menuisiers, les mécaniciens en réfrigération et en climatisation, les monteurs d’échafaudages, les tôliers et les soudeurs. Un engagement continu en matière de formation et d’apprentissage demeurera nécessaire pour éviter d’éventuelles pénuries de compétences futures dans le secteur.

Pour constituer une main-d’œuvre durable, le secteur de la construction et de l’entretien devra aussi renforcer ses efforts de recrutement auprès de groupes traditionnellement sous représentés dans sa population active actuelle, notamment les femmes, les Autochtones et les nouveaux Canadiens.

En 2019, quelque 6 300 femmes travaillaient dans le secteur de la construction de la Saskatchewan, dont près de 37 % étaient en poste directement dans les projets de construction. Or, quand on les mesure en pourcentage de l’ensemble des 39 800 travailleurs de métier œuvrant dans le secteur, les femmes n’occupent que 5,7 % des emplois sur les chantiers.

Les nouveaux Canadiens sont aussi sous-représentés au sein de la population active de la province : en effet, ils représentent un peu plus de 8 % de la main-d’œuvre de la construction. Entre 2020 et 2029, la province devrait accueillir plus de 132 000 nouveaux arrivants, de sorte que la population immigrée sera un facteur clé de croissance de la population active. La hausse du taux de participation de ces deux groupes aiderait énormément le secteur à satisfaire ses besoins en main-d’œuvre futurs.

Par ailleurs, la Saskatchewan affiche l’un des plus importants pourcentages au Canada de travailleurs autochtones dans le secteur de la construction, seulement derrière le Manitoba. Ainsi, la population active de la construction de la province est constituée d’environ 12 % d’Autochtones, dont quelque 85 % travaillent directement sur les projets de construction. Afin de satisfaire les besoins futurs du marché du travail, le secteur de la construction de la Saskatchewan pourrait devoir recruter plus de travailleurs autochtones.

ConstruForce Canada est une organisation nationale menée par le secteur et représentant tous les marchés du secteur de la construction au Canada. Son mandat est de fournir en temps opportun de l’information exacte et des analyses sur le marché du travail, en plus d’offrir des programmes et des initiatives pour faire en sorte que la population active canadienne de la construction et de l’entretien puisse répondre à la demande, renforcer sa capacité et acquérir les compétences requises. Visitez le site www.previsionsconstruction.ca.

Renseignements : Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada, par courriel, à ferreira@construforce.ca, ou par téléphone, au 613 569-5552, poste 222.

Ce rapport a été élaboré avec le soutien et les commentaires de différents intervenants du secteur de la construction et de l’entretien de la province. Pour connaître les réactions du secteur local de la construction à la publication du plus récent rapport de ConstruForce Canada, veuillez communiquer avec les personnes suivantes :

Chris Guerette
Président-directeur général
Association canadienne des constructeurs d’habitations – Saskatchewan (Saskatoon)
306 292-8619

Dennis Perrin
Directeur, région des Prairies
CLAC
587 785-1836

Warren Douglas
Directeur général
Construction Labour Relations Association of Saskatchewan
306-352-7909

Darren Swanson
Vice-président du conseil d’administration
Merit Canada
306 961-4118

Paul de Jong
Président
Progressive Contractors Association of Canada
(403) 620-3781

Financé par le Programme d’appui aux initiatives sectorielles du gouvernement du Canada.