Mise à jour de l’Enquête sur la population active (EPA) : juin 2019


Carrefour Marché de l'emploi : Blogue de ConstruForce

Mise à jour de l’Enquête sur la population active (EPA) : juin 2019

Les taux de chômage au pays semblent vouloir se normaliser; la population active de l’Ontario pourrait puiser dans d’autres régions.

La population active du secteur canadien de la construction et de l’entretien continue de croître sur 12 mois. Toutefois, pour la première fois en 2019, la croissance de la population active nationale dépasse celle de l’emploi. Ces données normalisent les taux de chômage à l’échelle nationale, à quelques exceptions près sur le marché du travail provincial.

Selon Statistique Canada, le secteur canadien de la construction a créé 2 200 emplois (+0,1 %) en juin par rapport au même mois en 2018. Au cours de cette même période, la population active a augmenté de 8 100 travailleurs (+0,5 %), dépassant pour la première fois cette année la croissance de l’emploi. Ces statistiques se reflètent dans la normalisation du taux de chômage dans le secteur de la construction, qui s’est établi à 4,9 % en juin 2019 comparativement à 4,5 % en juin 2018.

[figure] Variation dans le marché du travail de la construction, juin 2019 (variation annualisée)

Bien que la tendance nationale reflète une modération générale des taux de chômage, la situation diffère d’une province et région à l’autre.

Le marché du travail de la construction de la Colombie-Britannique s’est resserré, en raison de la création de 3 900 emplois (+1,6 %) alors que la taille de la population active est demeurée relativement stable. Le taux de chômage a atteint le seuil extrêmement bas de 2,4 %.

Au Québec et à l’Île-du-Prince-Édouard, l’emploi a crû de façon importante, de 13 100 et de 1 000 emplois, respectivement. Cependant, la population active augmentant à un rythme similaire, les taux de chômage sont demeurés relativement inchangés.

Comparativement à la même période l’an dernier, les besoins en main-d’œuvre en Saskatchewan et en Alberta ont été plus faibles en juin. Dans ces deux provinces, la population active a diminué à un rythme plus lent, ce qui a entraîné une hausse des taux de chômage.

L’emploi dans le secteur de la construction a également baissé légèrement en Ontario (-0,2 %), mais par rapport aux niveaux très élevés atteints en 2018. Cette situation permet toutefois au taux de chômage de régresser à 3,9 %, comparativement au creux historique de 2,2 % enregistré en juin 2018.

La population active de l’Ontario a également augmenté de 8 600 travailleurs par rapport à 2018, signe que la province attire des travailleurs d’autres régions.

D’où ces travailleurs proviennent-ils?

Terre-Neuve-et-Labrador pourrait être une de ces sources. Les besoins en main-d’œuvre continuent de diminuer dans la province, tout comme les taux de chômage. Ces données pourraient indiquer le départ soutenu de travailleurs de la population active de la province, l’Ontario semblant être une destination de choix.

Si les taux de chômage continuent d’augmenter légèrement, cela pourrait aider à atténuer les pressions sur le marché du travail pour les employeurs, surtout si cette modération s’accompagne d’une hausse des flux de main-d’œuvre provenant d’autres provinces.

Suivant >

[photo] Klayton Goncalves est économiste principal pour ConstruForce Canada.