Les forts niveaux d’investissements depuis septembre ont contribué à la croissance de l’emploi dans le secteur de la construction


Carrefour Marché de l’emploi

Le secteur de la construction a joué un rôle de premier plan dans le récent boom qu’a connu l’emploi au Canada.

Les données de l’Enquête sur la population active de Statistique Canada (EPA) pour le mois de mars 2022 indiquent que depuis le mois de septembre 2021, soit au moment où l’emploi, tous secteurs confondus, a retrouvé son niveau d’avant la pandémie, la construction a compté près du quart des nouveaux emplois créés.

Pendant cette période de six mois, l’emploi tous secteurs confondus a augmenté de 2,4 %, ce qui représente 463 000 emplois, dont 110 000 ont été créés dans le secteur de la construction.

Statistique Canada a recueilli les données pour sa plus récente EPA pendant la semaine du 13 au 19 mars. Depuis la semaine de référence de février, les provinces ont poursuivi l’allègement des mesures de santé publique. Plus précisément, les exigences en matière de limites de capacité et de preuves vaccinales ont été levées en Ontario, au Manitoba, en Alberta et au Québec avant la semaine de référence de mars.

Graphique : Population active, emploi et taux de chômage dans le secteur de la construction (%), Canada

Pour le quatrième mois consécutif, l’emploi désaisonnalisé dans le secteur de la construction était en hausse en mars, avec de 14 000 travailleurs de plus dans le secteur. La presque totalité des gains a été signalée en Ontario. Les données non corrigées montrent qu’au cours du premier trimestre de l’année, la construction (+ 24 000) a compté pour presque la moitié des gains d’emplois nets totaux tous secteurs confondus (+ 49 000) chez les hommes d’âge moyen appartenant à un groupe désigné comme une minorité visible. Voilà une preuve supplémentaire de l’engagement du secteur envers la diversification de sa population active.

La récente tendance à la hausse du nombre de travailleurs du secteur suit l’augmentation constante des investissements dans le domaine de la construction de bâtiments observée depuis l’automne 2021.

À l’échelle nationale, les chiffres non désaisonnalisés montrent qu’il y avait 13 500 travailleurs de plus (+1 %) dans le secteur de la construction en mars, un nombre qui s’ajoute à la hausse signalée en février. L’emploi en mars était 5,5 % supérieur (+74 800 travailleurs) par rapport à mars 2021, et 4 % supérieur (+58 400 travailleurs) par rapport à mars 2020, alors que les gouvernements annonçaient les premières mesures de confinement pour lutter contre la COVID-19.

L’emploi en mars 2022 était 6 % plus élevé (+80 800 travailleurs) que son niveau observé en mars 2019.

La croissance de l’emploi était tangible dans les provinces du centre et de l’est du pays. L’Île-du-Prince-Édouard (+12,7 %) et le Nouveau-Brunswick (+5,9 %) ont enregistré les hausses les plus importantes, alors que les autres provinces ont enregistré des gains inférieurs à 2 %. Pendant cette période, le niveau de l’emploi dans l’ouest du Canada et les provinces des Prairies est resté le même ou a légèrement baissé. À moins de 1 %, ces baisses étaient toutefois négligeables.

Par rapport à 2021, le niveau de l’emploi était inférieur au Manitoba (-4,9 %), en Colombie-Britannique (-2,8 %) et en Alberta (-0,5 %). Avec Terre-Neuve-et-Labrador, ces provinces étaient aussi les seules où les chiffres de l’emploi sont restés considérablement sous les niveaux d’avant la COVID-19. Dans le reste du Canada, on a connu des augmentations de l’emploi par rapport à l’année précédente, le Nouveau-Brunswick (+41,2 %) et l’Île-du-Prince-Édouard (+20,3 %) signalant les hausses les plus importantes. Les autres provinces ont rapporté des hausses allant jusqu’à 12 %.

Le taux de chômage dans le secteur de la construction au Manitoba a augmenté de quatre points de pourcentage en mars. Ailleurs au Canada, le taux de chômage a baissé ou est resté stable. Terre-Neuve-et-Labrador a connu la baisse la plus importante en points de pourcentage (-3,5 %), suivie de l’Île-du-Prince-Édouard (-2,6 %) et du Québec (-2,2 %). Pour la plupart des provinces, le taux de chômage en mars était égal ou inférieur aux valeurs de mars 2021, seules l’Île-du-Prince-Édouard et le Manitoba où un taux de chômage plus élevé a été observé, d’une année à l’autre. Le Manitoba est la seule province où un taux de chômage plus élevé a été observé par rapport à mars 2019.

La population active du secteur de la construction a continué de s’étendre en mars, bien que le rythme ait ralenti par rapport aux hausses observées en février. Un total de 2 200 travailleurs se sont joints au secteur de la construction ou ont repris du service en mars, ce qui a porté la population active du secteur à 1 527 300 travailleurs. D’une année à l’autre, la population active était beaucoup plus élevée en mars (+48 200 travailleurs, ou 3,3 %) : elle se situait 1,7 % au-dessus de la valeur de mars 2019. Terre-Neuve-et-Labrador, la Colombie-Britannique, le Manitoba et l’Alberta étaient les seules provinces où un recul de la population active a été observé par rapport aux niveaux d’avant la COVID-19.

Finalement, le nombre d’heures travaillées à l’échelle nationale a augmenté de 3,7 % en mars. Suivant la tendance à la baisse de l’emploi, le nombre d’heures travaillées au Manitoba a reculé de 7,3 %. À moins de 1 % pour chacune d’elles, la Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard ont aussi enregistré des baisses négligeables.

Le nombre total d’heures travaillées a augmenté de 4,9 % par rapport au niveau de mars 2021. Le Manitoba (-18,7 %) et la Nouvelle-Écosse (-1,3 %) étaient les seules provinces à enregistrer moins d’heures travaillées pour la même période. Le Nouveau-Brunswick (+40,3 %) et l’Île-du-Prince-Édouard (+20,1 %) ont connu les hausses les plus importantes par rapport au niveau de mars 2021.

Le nombre total des heures travaillées était supérieur de 6,8% par rapport au niveau de mars 2019.

Bob Collins
Bob Collins est économiste en chef pour ConstruForce Canada.