Les indicateurs clés de l’emploi dans le secteur de la construction atteignent des records en mai


Carrefour Marché de l’emploi

Dans tout le pays, les taux de chômage atteignent de bas niveaux records ou presque, les taux de postes vacants ont rarement été aussi élevés, et l’emploi poursuit sa croissance.

Statistique Canada a publié les données de son Enquête sur la population active (EPA) de mai le 10 juin dernier. Cette enquête a évalué les marchés du travail au pays pendant la semaine du 15 au 21 mai. Globalement, les données désaisonnalisées de l’emploi recueillies pour tous les secteurs montrent une augmentation de l’emploi de 40 000 travailleurs (+0,2 %), tandis que le taux de chômage national, tous secteurs confondus, a diminué de 0,1 point de pourcentage pour s’établir à 5,1 %. Mai a été le troisième mois d’affilée où cet indicateur a atteint un bas niveau record.

De plus, dans son Enquête sur l’emploi, la rémunération, les heures de travail et les postes vacants de mars 2022, Statistique Canada a signalé que le taux national de postes vacants a atteint un sommet record de 7,3 %. Les employeurs du pays cherchaient à pourvoir plus d’un million de postes vacants au début du mois en question.

La construction se trouve toujours parmi les secteurs qui affichent des gains d’emploi, des hausses au chapitre des postes vacants et des taux de chômage plus bas.

Graphique : Population active, emploi et taux de chômage dans le secteur  de la construction (%), Canada

Selon les données de la plus récente EPA, 76 400 travailleurs (+5,3 %) se sont joints au secteur en mai. Il s’agit du plus important gain d’emploi d’un mois à l’autre en près de deux ans. L’emploi dans le secteur de la construction à l’échelle nationale en mai a été 5,9 % plus élevé (+85 700 travailleurs) qu’en mai 2021, 22,4 % plus élevé (+279 300 travailleurs) qu’en mai 2020, et 3,4 % plus élevé (+50,500 travailleurs) qu’en mai 2019.

Les gains d’emploi ont été évidents partout au pays. Si l’Ontario a connu une faible hausse mensuelle de moins de 1 %, toutes les autres provinces ont affiché des hausses allant de 4,7 % (Alberta) à 15,6 % (Nouveau-Brunswick).

Par rapport à 2021, les niveaux d’emploi en mai ont été les plus faibles au Manitoba (-4,9 %) et en Alberta (-2,7 %), et les plus élevés à l’Île-du-Prince-Édouard (+44,6 %) et au Nouveau-Brunswick (+34.7 %).

Par ailleurs, Terre-Neuve-et-Labrador, la Colombie-Britannique, l’Alberta et le Manitoba sont les seules provinces où l’emploi demeure bien en dessous des niveaux d’avant la COVID 19.

Le taux de postes vacants du secteur a atteint un niveau inégalé de 7,3 %.
Au début de mars, Statistique Canada a signalé que les employeurs du secteur de la construction au pays cherchaient à pourvoir un nombre sans précédent de 81 900 postes vacants.

Pendant ce temps, le taux de chômage pour le secteur a diminué de 1,5 point de pourcentage pour s’établir à 4,4 % en mai. Le taux de chômage demeure 0,4 point de pourcentage sous le niveau de mai 2021 et 1,8 point de pourcentage sous celui de 2019.

La Colombie-Britannique a été la seule province à afficher une hausse marquée du taux de chômage en mai, qui a augmenté de 1,3 point de pourcentage par rapport à avril. Pour l’essentiel, les taux de chômage ont diminué ou sont restés stables ailleurs au pays. L’Île du Prince Édouard (-8,7) et le Manitoba (-5,5) ont affiché les plus fortes baisses en points de pourcentage, alors que les gains d’emploi dans les deux provinces ont dépassé la croissance de la population active.

Dans la plupart des provinces, les taux de chômage ont été identiques ou inférieurs à ceux de mai 2021. Seules Terre-Neuve-et-Labrador (+2,4 %), l’Alberta (+1,5 %), et la Colombie Britannique (+0,7 %) ont connu des hausses cette année.

La population active dans le secteur de la construction a continué d’augmenter en mai avec l’arrivée ou le retour de 55 600 travailleurs (+3,6 %). Cette hausse a porté la population active du secteur juste sous la barre de 1,6 million de travailleurs – un niveau qui n’avait pas été atteint depuis novembre 2019. En mai, la population active a été de 84 000 travailleurs (+5,5 %) plus élevée que l’année précédente, et de 24 400 travailleurs (+1,6 %) plus élevée qu’en mai 2019. Terre-Neuve-et-Labrador, la Colombie-Britannique, le Manitoba et l’Alberta sont les seules provinces qui continuent d’afficher des totaux plus faibles au chapitre de la population active par rapport aux niveaux d’avant la COVID-19.

Finalement, après avoir connu une baisse marquée en avril, le nombre d’heures travaillées dans le secteur a augmenté de façon importante (+16,9 %) en mai. Comparativement aux années précédentes, les heures travaillées en mai ont été 7 % plus élevées qu’en 2021 et 4,9 % plus élevées qu’en 2019.

Bob Collins
Bob Collins est économiste en chef pour ConstruForce Canada.