Saskatchewan : La réduction des investissements dans la construction pourrait entraîner des difficultés à long terme pour la population active en Saskatchewan


Ottawa – Selon les prévisions sur le marché du travail publiées aujourd’hui par ConstruForce Canada, les besoins en main-d’œuvre du secteur de la construction et de l’entretien de la Saskatchewan devraient demeurer généralement inchangés d’ici 2028, même si la prochaine décennie pourrait être ponctuée par des difficultés de recrutement découlant de la reprise du secteur de l’habitation et d’un important projet minier proposé.

La population active du secteur de la construction et de l’entretien de la province a reculé pour une quatrième année d’affilée en 2018. Depuis le sommet de 2014, le secteur de la province a perdu plus de 7 000 emplois, car de grands projets de construction industrielle ont été achevés et le nombre de mises en chantier a diminué de 50 % pendant cette période. De nouvelles baisses en 2018 ont été le fruit d’une diminution de 18 % des mises en chantier, qui ont atteint leur niveau le plus bas depuis 2009. Veiller à ce que les niveaux plus bas d’activité de construction ne suscitent pas un départ excessif de travailleurs qualifiés sera une préoccupation constante du secteur.

Selon les prévisions du rapport provincial Regard prospectif – Construction et maintenance 2019-2028 de ConstruForce Canada, le départ soutenu de travailleurs du secteur pourrait entraîner des difficultés de recrutement plus tard pendant la prochaine décennie, car la demande pour de nouvelles habitations augmentera et coïncidera avec le début d’un nouveau grand projet minier.

« Le secteur de la construction et de l’entretien de la Saskatchewan traverse actuellement une période de transition d’un marché dominé par les projets de génie civil d’envergure à un marché caractérisé par la construction d’immeubles résidentiels et industriels, commerciaux et institutionnels à long terme, déclare Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada. Le secteur devra adopter une approche à long terme en poursuivant ses efforts de sensibilisation et en maintenant sa capacité de formation pendant la transition. »

Un nombre élevé de départs à la retraite affaiblira le secteur de la construction et de l’entretien partout au pays. La Saskatchewan se trouve toutefois dans une situation unique, car les 9 400 travailleurs qui partiront à la retraite au cours de la prochaine décennie pourraient être presque entièrement remplacés par les nouveaux venus provenant de la population locale âgée de 30 ans ou moins. Le secteur de la construction et de l’entretien de la province devra recruter un total de 9 500 nouveaux travailleurs d’ici 2028.

Le perfectionnement de travailleurs de métier qualifiés dans le secteur de la construction nécessite des années et exige souvent la participation à un programme d’apprentissage provincial. Au cours des cinq dernières années, plus de 10 000 apprentis se sont inscrits dans les 15 plus grands programmes du secteur de la construction de la province, et 6 800 personnes ont terminé leur formation pendant cette période. Un engagement continu en matière de formation et d’apprentissage sera nécessaire pour s’assurer d’avoir un nombre suffisant de travailleurs de métier compétents afin de maintenir une population active qualifiée à long terme.

Pour constituer une main-d’œuvre durable, le secteur de la construction et de l’entretien devra aussi renforcer ses efforts de recrutement auprès de groupes traditionnellement sous-représentés dans sa population active actuelle, notamment les femmes, les Canadiens autochtones et les nouveaux Canadiens.

En 2018, les femmes occupant un emploi en Saskatchewan représentaient 46 % de la population active totale de la province. Dans le secteur de la construction et de l’entretien de la province cependant, les femmes ne constituaient que 12 % de la population active, et elles ne représentaient que 3,9 % des travailleurs participant directement aux projets de construction. De la même façon, les Canadiens autochtones représentaient un faible pourcentage de la population active du secteur de la construction, soit un peu plus de 12 % du total. La hausse du taux de participation de ces deux groupes aiderait énormément le secteur à satisfaire ses besoins en main-d’œuvre futurs.

La main-d’œuvre de la construction de la Saskatchewan est formée d’environ 8 % de nouveaux Canadiens. Pendant la prochaine décennie, la province devrait accueillir 13 710 nouveaux arrivants en moyenne chaque année, de sorte que la population immigrée sera une importante source future de travailleurs potentiels pour le secteur de la construction et de l’entretien de la province.

ConstruForce Canada est une organisation nationale menée par le secteur et représentant tous les marchés du secteur de la construction au Canada. Son mandat est de fournir en temps opportun de l’information exacte et des analyses sur le marché du travail, en plus d’offrir des programmes et des initiatives pour faire en sorte que la population active canadienne de la construction et de l’entretien puisse répondre à la demande, renforcer sa capacité et acquérir les compétences requises. Visitez le site www.previsionsconstruction.ca.

Renseignements : Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada, par courriel, à ferreira@construforce.ca, ou par téléphone, au 613 569-5552, poste 222.

Ce rapport a été élaboré avec le soutien et les commentaires de différents intervenants du secteur de la construction et de l’entretien de la province. Pour connaître les réactions du secteur local de la construction à la publication du plus récent rapport de ConstruForce Canada, veuillez communiquer avec les personnes suivantes :

  • Warren Douglas, Directeur général, CLR Construction Labour Relations Association of Saskatchewan Inc., 306 352-7909, WDouglas@clrs.org
  • Chris M. Guérette, PDG, Saskatoon & Region Home Builders’ Association, 306-292-8610, cguerette@saskatoonhomebuilders.com

  • John Lax, directeur, Promotion des intérêts et Communications, Saskatchewan Construction Association, 306 525-0171, johnl@scaonline.ca

Financé par le Programme d’appui aux initiatives sectorielles du gouvernement du Canada.