Alberta : Retour de la stabilité d’emploi, croissance à suivre


Ottawa – Durement touchée par la pandémie de COVID-19 et la baisse de l’investissement qui en découle dans les secteurs pétrolier et gazier, l’économie de l’Alberta devrait amorcer une modeste reprise en 2021, et une expansion plus marquée après 2023.

Selon les dernières prévisions sur le marché du travail publiées par ConstruForce Canada, l’emploi dans le secteur de la construction et de l’entretien de la province sera maintenu dans l’immédiat grâce aux dépenses en immobilisations du secteur public avant de connaître une croissance modérée après 2023 en raison des investissements prévus dans les projets pétroliers et gaziers, ainsi qu’à un cycle haussier dans la construction de nouvelles habitations.

D’après les prévisions du rapport Regard prospectif – Construction et maintenance 2021-2030 de ConstruForce Canada pour l’Alberta, les besoins en main-d’œuvre pour l’ensemble du secteur augmenteront de plus de 19 000 travailleurs (+11 %) d’ici 2030 comparativement à 2020.

« L’Alberta a traversé des périodes économiques très difficiles au cours des dernières années », affirme Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada. « L’incidence de la COVID-19 a sans nul doute accentué l’incertitude générale, et bien que cela puisse être une bien piètre consolation pour les personnes touchées, les conditions devraient s’améliorer au cours des prochaines années. »

Pendant la période de prévision, le secteur de l’Alberta devra s’adapter aux besoins fluctuants en main-d’œuvre. Malgré que les besoins annuels moyens dans le secteur non résidentiel seront relativement stables à court terme, les variations saisonnières au chapitre des besoins liés aux travaux d’entretien en construction industrielle lourde pourraient entraîner des difficultés périodiques de recrutement de travailleurs pour les métiers possédant des compétences et de l’expérience spécialisées.

Selon ConstruForce Canada, jusqu’à 40 400 travailleurs – soit près de 21 % de la main-d’œuvre actuelle – prendront leur retraite d’ici 2030. Compte tenu des tendances antérieures, le secteur de la construction de l’Alberta devrait recruter quelque 38 460 nouveaux venus provenant de la population locale âgée de 30 ans ou moins au cours de la prochaine décennie.

Par conséquent, la province pourrait enregistrer une pénurie de près de 2 000 travailleurs pendant la période de prévision. En raison également de la hausse prévue de la demande au cours de la décennie, la province pourrait se retrouver à court de quelque 17 345 travailleurs d’ici 2030. Cette tendance obligera le secteur à adopter une approche novatrice pour attirer, former et maintenir en poste des travailleurs qualifiés d’autres secteurs, d’autres provinces et, suivant les besoins, d’autres pays en ayant recours à l’immigration permanente.

Le perfectionnement de travailleurs de métier qualifiés dans le secteur de la construction nécessite des années et exige souvent la participation à un programme d’apprentissage provincial. Les nouvelles inscriptions aux 20 plus grands programmes de métiers en construction de l’Alberta ont atteint un sommet en 2014 avant d’enregistrer une diminution marquée en 2015 (-6 000) puis une autre en 2019, où on comptait moins de 8 000 inscriptions à la fin de l’année.

La pandémie de COVID-19 devrait réduire davantage le nombre de nouvelles inscriptions en 2020. Les données limitées recueillies à ce jour suggèrent que la pandémie a considérablement entravé la formation, les examens et les certifications en classe. Ces répercussions devraient faire diminuer le nombre de nouveaux travailleurs certifiés à court terme.

Selon les prévisions concernant les nouvelles inscriptions et les tendances en matière d’achèvement des programmes d’apprentissage, la plupart des métiers de l’Alberta devraient répondre aux besoins de nouveaux compagnons certifiés ou les dépasser d’ici 2030. Toutefois, les chaudronniers, les charpentiers-menuisiers, les vitriers, les calorifugeurs, les plombiers et les soudeurs risquent de connaître une pénurie. Un engagement continu en matière de formation et d’apprentissage demeurera nécessaire pour éviter d’éventuelles pénuries de compétences futures.

Pour constituer une population active durable et diversifiée, le secteur de la construction et de l’entretien devra aussi renforcer ses efforts de recrutement auprès de groupes traditionnellement sous-représentés dans sa population active actuelle, notamment les femmes, les Autochtones et les nouveaux Canadiens.

En 2020, environ 36 600 femmes travaillaient dans le secteur de la construction de l’Alberta, dont 31 % étaient en poste directement dans les projets de construction. Or, des 172 400 travailleurs de métier œuvrant dans le secteur, les femmes ne représentaient que 7 % de la main-d’œuvre totale.

Par ailleurs, l’Alberta a bien réussi à attirer des Autochtones dans le secteur de la construction. Environ 6,4 % de la population active de la construction de la province est constituée d’Autochtones, comparativement à environ 5 % de l’ensemble de la population de la province en âge de travailler. Parmi les travailleurs du secteur de la construction et de l’entretien, 80 % étaient en poste directement dans les projets de construction. Considérant que les travailleurs autochtones sont plus enclins à envisager une carrière en construction, il serait possible d’accroître davantage le recrutement au sein de ce groupe.

Le secteur de la construction de l’Alberta pourrait aussi devoir recruter des Néo-Canadiens au cours de la prochaine décennie pour répondre aux besoins prévus en main-d’œuvre du marché. La province devrait accueillir plus de 42 000 nouveaux immigrants internationaux chaque année entre 2021 et 2030. Cela fera des Néo-Canadiens un segment croissant de la population active globale.

La population active du secteur de la construction de l’Alberta est constituée d’environ 17 % de Néo-Canadiens, soit une proportion inférieure à celle qu’occupent ces travailleurs au sein de la population active globale de la province (23 %).

ConstruForce Canada est une organisation nationale menée par le secteur et représentant tous les marchés du secteur de la construction au Canada. Son mandat est de fournir en temps opportun de l’information exacte et des analyses sur le marché du travail, en plus d’offrir des programmes et des initiatives pour faire en sorte que la population active canadienne de la construction et de l’entretien puisse répondre à la demande, renforcer sa capacité et acquérir les compétences requises. Visitez le site www.previsionsconstruction.ca.

Renseignements : Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada, par courriel, à ferreira@construforce.ca, ou par téléphone, au 613 569-5552, poste 2220.

Ce rapport a été élaboré avec le soutien et les commentaires de différents intervenants du secteur de la construction et de l’entretien de la province. Pour connaître les réactions du secteur local de la construction à la publication du plus récent rapport de ConstruForce Canada, veuillez communiquer avec les personnes suivantes :

Paul de Jong
Président
Progressive Contractors Association of Canada
403 620-3781

Ron Glen
Président-directeur général
Alberta Roadbuilders and Heavy Construction Association
780 436-9860, poste 225

Terry Parker
Directeur général
Building Trades of Alberta
780 421-9400, poste 112

Dennis Perrin
Directeur, région des Prairies
CLAC
587 785-1836

Ken Gibson
Président
Alberta Construction Association
780-233-6738

Financé par le Programme d’appui aux initiatives sectorielles du gouvernement du Canada.