Secteur de la construction et de l’entretien de la Colombie-Britannique : 11 700 travailleurs supplémentaires requis au cours des deux prochaines années


Ottawa – De grands projets non résidentiels et des niveaux records de mises en chantier ont porté l’activité de construction en Colombie-Britannique à de nouveaux sommets en 2019. Selon les dernières prévisions sur le marché du travail publiées par ConstruForce Canada aujourd’hui, le marché du travail du secteur de la construction et de l’entretien de la province exigeait déjà un nombre de travailleurs qualifiés sans précédent, et cette tendance se maintiendra : en effet, 11 700 travailleurs supplémentaires seront requis d’ici 2021.

D’après le nombre de projets faisant actuellement l’objet d’un suivi, les besoins en construction demeureront exceptionnellement élevés pendant les prochaines années et atteindront un sommet durant la deuxième moitié de 2021. Cependant, même lorsque la demande diminuera quelque peu pendant la période de prévision, les besoins resteront bien supérieurs à ceux de 2019. Si l’on tient compte du départ à la retraite prévu des baby-boomers, le secteur peinera à satisfaire ses besoins en matière de recrutement, de formation et de perfectionnement de la population active pendant la décennie.

D’après les prévisions du rapport provincial Regard prospectif – Construction et maintenance 2020-2029 de ConstruForce Canada, le secteur de la construction et de l’entretien de la Colombie-Britannique sera principalement stimulé par les projets non résidentiels. Le secteur résidentiel demeurera lui aussi solide, puisque des baisses modérées dans la construction de nouvelles habitations seront plus que compensées par la hausse de la demande de travaux de rénovation et d’entretien.

« Le taux de chômage dans le secteur de la construction de la Colombie-Britannique demeure à un creux historique, sous 4 %, affirme Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada. Le secteur devra mettre l’accent sur les stratégies de recrutement et de perfectionnement des compétences à long terme, et la mobilité des travailleurs sera essentielle pour satisfaire les besoins prévus dans le secteur de la construction de la province, surtout à court terme. »

La demande dans le secteur non résidentiel découle de plusieurs grands projets qui se chevauchent, dont les travaux continus au site C, le terminal d’exportation de LNG Canada, le gazoduc connexe Coastal GasLink de TC Énergie et le prolongement du pipeline de Trans Mountain. Parmi les grands projets d’infrastructures publiques, on retrouve le remplacement du pont Pattullo, plusieurs projets de transport collectif et l’agrandissement en cours de l’aéroport international de Vancouver.
Ces projets se combineront pour renforcer les besoins en main-d’œuvre dans le secteur non résidentiel de 10 300 travailleurs qualifiés d’ici 2021. Malgré que l’emploi dans ce secteur diminuera pendant la décennie, il sera supérieur aux niveaux actuels de 6 700 travailleurs d’ici 2029.

L’emploi lié aux travaux de rénovation et d’entretien résidentiels augmentera de 21 600 travailleurs pendant la période de prévision. Cette croissance sera légèrement freinée par une demande globale plus faible dans la construction de nouvelles habitations, mais l’emploi dans le secteur résidentiel augmentera de 8 300 travailleurs (+7 %) pendant la décennie, et les gains les plus importants auront lieu entre 2025 et 2027.

Dans l’ensemble, le secteur de la construction de la province devrait compter 14 900 travailleurs de plus en 2029, comparativement aux niveaux actuels. Pendant cette période, les départs à la retraite auront des effets négatifs sur les marchés du travail de toute la province : en effet, quelque 44 200 travailleurs devraient prendre leur retraite au cours des dix prochaines années. Compte tenu des tendances antérieures, le secteur devrait recruter quelque 37 800 nouveaux venus âgés 30 ans ou moins au sein de la population active de la province.

La vallée du bas Fraser, une sous-région du marché provincial de la construction, représente à peu près 62 % de l’emploi global du secteur, ou 119 500 des 192 600 travailleurs à l’œuvre dans la province. De ces 119 500 personnes, environ 64 % travaillent dans le secteur résidentiel, et les 36 % restants sont répartis entre la construction d’immeubles industriels, commerciaux et institutionnels (ICI), l’entretien et la construction d’ouvrages de génie civil.

Entre 2020 et 2029, la demande de construction résidentielle et non résidentielle augmentera dans la vallée du bas Fraser, bien que les besoins dans le secteur non résidentiel, stimulés principalement par les investissements du secteur public dans les infrastructures de la région, devraient augmenter à un rythme un peu plus rapide. Les principaux projets à court terme comprennent le remplacement du pont Pattullo, l’agrandissement de l’aéroport international de Vancouver, des projets de pipelines, l’hôpital St. Paul, le projet de ligne Millennium (Broadway), le SkyTrain de Surrey-Langley et l’agrandissement du terminal de conteneurs de l’administration portuaire Vancouver-Fraser. Près de 7 500 travailleurs supplémentaires du secteur non résidentiel seront probablement requis pour satisfaire ces besoins régionaux d’ici 2021, la plus grande partie de l’augmentation étant concentrée en 2020.

Compte tenu du faible taux de chômage record du secteur à l’heure actuelle, à court terme, il faudra peut-être faire appel à des travailleurs de l’extérieur de la province pour éviter des retards dans les projets. À plus long terme, le secteur doit planifier le remplacement de plus de 25 300 travailleurs qui prendront leur retraite d’ici 2029. Même si le secteur devrait recruter jusqu’à 22 900 nouveaux venus au sein de la population locale âgée de 30 ans ou moins pendant cette période, un écart de recrutement est attendu. Si l’on y ajoute la croissance prévue de la demande dans la région, le secteur de la vallée du bas Fraser devra recruter près de 17 500 travailleurs provenant d’autres provinces, secteurs ou pays pour suivre le rythme de la demande de construction régionale actuellement connue.

Le perfectionnement de travailleurs de métier qualifiés dans le secteur de la construction nécessite des années et exige souvent la participation à un programme d’apprentissage provincial. Entre 2013 et 2019, plus de 54 470 apprentis se sont inscrits dans les 20 plus grands programmes du secteur de la construction de la province, et 19 300 personnes ont terminé leur formation pendant cette période. Selon les tendances actuelles en matière d’inscription aux programmes d’apprentissage et de réussite connexe, plusieurs métiers pourraient ne pas suivre le rythme des départs à la retraite, ce qui pourrait causer une pénurie de compagnons certifiés d’ici 2029, et le risque pourrait être plus élevé pour les chaudronniers, les charpentiers menuisiers, les vitriers, les conducteurs d’équipement lourd, les électriciens industriels, les latteurs, les ajusteurs de plaques et de charpentes métalliques, les peintres et les soudeurs. Même si les apprentis ne peuvent pas, à eux seuls, satisfaire l’importante demande de compagnons à court terme, un engagement continu en matière de formation et d’apprentissage demeurera nécessaire pour éviter d’éventuelles pénuries de compétences dans le secteur.

Pour constituer une main-d’œuvre durable, le secteur de la construction et de l’entretien devra aussi renforcer ses efforts de recrutement auprès de groupes traditionnellement sous-représentés dans sa population active actuelle, notamment les femmes, les Autochtones et les nouveaux Canadiens.

En 2019, environ 36 300 femmes travaillaient dans le secteur de la construction de la Colombie Britannique, dont 34 % étaient en poste directement dans les projets de construction. Or, des 192 500 travailleurs de métier œuvrant dans le secteur, les femmes ne représentaient que 6,4 %. De la même façon, les Autochtones représentaient un faible pourcentage de la population active du secteur de la construction, soit un peu plus 5,7 %, dont 82 % travaillent directement dans les projets de construction. La hausse du taux de participation de ces deux groupes aiderait énormément le secteur à satisfaire ses besoins en main-d’œuvre futurs.

La population active de la construction de la Colombie-Britannique est formée d’environ 24 % de nouveaux Canadiens. Au cours de la prochaine décennie, la province devrait accueillir 50 000 nouveaux arrivants en moyenne chaque année, de sorte que la population immigrée sera une importante source future de croissance de la population active du secteur de la construction et de l’entretien.

ConstruForce Canada est une organisation nationale menée par le secteur et représentant tous les marchés du secteur de la construction au Canada. Son mandat est de fournir en temps opportun de l’information exacte et des analyses sur le marché du travail, en plus d’offrir des programmes et des initiatives pour faire en sorte que la population active canadienne de la construction et de l’entretien puisse répondre à la demande, renforcer sa capacité et acquérir les compétences requises. Visitez le site www.previsionsconstruction.ca.

Renseignements : Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada, par courriel, à ferreira@construforce.ca, ou par téléphone, au 613 569-5552, poste 222.

Ce rapport a été élaboré avec le soutien et les commentaires de différents intervenants du secteur de la construction et de l’entretien de la province. Pour connaître les réactions du secteur local de la construction à la publication du plus récent rapport de ConstruForce Canada, veuillez communiquer avec les personnes suivantes :

Andrew Mercier
Directeur général
British Columbia Building Trades
778 397-2220

Kelly Scott
Présidente
BC Road Builders and Heavy Construction Association
604 436-0220

Neil Moody
Président-directeur général
Association canadienne des constructeurs d’habitations – Colombie-Britannique
604 432-7112, poste 304

Ryan Bruce
Recrutement de membres et Relations gouvernementales
CLAC
250 331-1465

Kim Barbero
Présidente-directrice générale
Mechanical Contractors Association of British Columbia
604 205-5058

Scott Bone
Président
Northern Regional Construction Association
250 596-9901

Phil Long
Président-directeur général intérimaire
Southern Interior Construction Association
250 215-5811

Paul de Jong
Président
Progressive Contractors Association of Canada
403 620-3781

Fiona Famulak
Présidente
Vancouver Regional Construction Association
604 293-6585
ffamulak@vrca.ca

Financé par le Programme d’appui aux initiatives sectorielles du gouvernement du Canada.