Après deux années de forte activité, le secteur de la construction de l’Île-du-Prince-Édouard prévoit poursuivre sa croissance


Ottawa – Après une année 2019 occupée, le secteur de la construction et de l’entretien de l’Île-du-Prince-Édouard poursuivra son expansion généralisée. Selon les prévisions sur le marché du travail publiées aujourd’hui par ConstruForce Canada, l’emploi dans la construction continuera d’augmenter au cours des deux prochaines années.

L’expansion a été propulsée par une forte immigration, par la hausse de la construction de nouvelles habitations, par la construction d’immeubles institutionnels, ainsi que par une augmentation dans la construction d’ouvrages de génie civil (grands projets de services publics et d’infrastructures de transport). D’après les prévisions du rapport provincial Regard prospectif – Construction et maintenance 2020-2029 de ConstruForce Canada, le rythme de croissance ralentira légèrement pendant la période de prévision 2020-2029.

L’investissement dans la construction devrait diminuer après 2020, car de grands projets de services publics (énergie éolienne) et de transport, ainsi que d’autres projets d’infrastructures, seront achevés et que l’expansion économique globale ralentira. Cependant, la province continuera d’afficher une forte croissance démographique pendant la période de prévision, ce qui maintiendra la demande de nouvelles habitations et d’installations des services publics. En conséquence, l’emploi dans la construction devrait atteindre un plateau élevé après 2021.

« Malgré que la province a réussi à attirer un nombre record de travailleurs de métiers spécialisés, le rythme d’expansion rapide a dépassé la main-d’œuvre disponible, ce qui a causé une diminution du chômage et des difficultés de recrutement, affirme Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada. Afin de satisfaire la demande de main-d’œuvre actuelle et future à l’Île-du-Prince-Édouard, le secteur devra continuer de collaborer avec le gouvernement et les établissements d’enseignement pour renforcer sa capacité de recrutement et de formation. Le secteur devra aussi miser sur une plus grande mobilité des travailleurs et continuer d’inciter beaucoup de jeunes à entrer dans la population active de la construction, particulièrement compte tenu de niveaux records de départs à la retraite. »

Dans le secteur résidentiel, les mises en chantier ont été principalement stimulées par la migration internationale : elles ont atteint un sommet de 1 400 unités en 2019 et devraient demeurer au-dessus de la barre de 1 000 unités jusqu’en 2029. Les besoins totaux en main d’œuvre dans le secteur résidentiel devraient afficher une augmentation modérée de 6 % comparativement à 2019 pendant la période de prévision, attribuable exclusivement aux légères augmentations dans le marché de la rénovation et de l’entretien.

Les besoins en construction non résidentielle ralentiront entre 2021 et 2025 à mesure que prendront fin les grands projets de construction d’immeubles industriels et institutionnels et d’autres projets d’infrastructure. La construction d’immeubles commerciaux devrait se classer en tête sur le plan de la croissance au cours de la décennie, et la construction d’immeubles institutionnels prendra de l’importance, car plusieurs projets de soins de santé et de services d’enseignement commenceront, dont la construction de l’hôpital psychiatrique Hillsborough. Une légère baisse pourrait suivre en 2022, lorsque prendra fin une partie des projets de construction d’immeubles commerciaux en cours, malgré que la construction d’immeubles institutionnels demeurera à des niveaux élevés pendant la période de prévision.

Le secteur de la construction de l’Île-du-Prince-Édouard devrait perdre 1 500 travailleurs à cause des départs à la retraite pendant la décennie et, selon les tendances antérieures, il ne devrait attirer que quelque 1 200 nouveaux venus provenant de la population locale âgée de 30 ans ou moins. Pendant la décennie, le secteur devra donc déployer des efforts constants pour combler l’écart entre les départs à la retraite et l’arrivée de nouveaux venus.

Le perfectionnement de travailleurs de métier qualifiés dans le secteur de la construction nécessite des années et exige souvent la participation à un programme d’apprentissage provincial. Plus de 755 apprentis se sont inscrits dans les cinq plus grands programmes de métiers en construction à l’Île-du-Prince-Édouard entre 2013 et 2019, et 390 personnes ont terminé leur formation pendant cette période. Selon les tendances actuelles en matière d’inscription aux programmes d’apprentissage et de réussite connexe, plusieurs métiers pourraient ne pas suivre le rythme des départs à la retraite, ce qui pourrait causer une pénurie de compagnons certifiés d’ici 2029, et le risque pourrait être plus élevé pour les charpentiers menuisiers et les électriciens de construction. Un engagement continu en matière de formation et d’apprentissage demeurera nécessaire pour éviter d’éventuelles pénuries de compétences futures dans le secteur.

Pour constituer une main-d’œuvre durable, le secteur de la construction et de l’entretien devra accroître ses efforts de recrutement auprès de groupes traditionnellement sous-représentés dans la population active actuelle, notamment les femmes, les Autochtones et les nouveaux Canadiens.

En 2019, environ 700 femmes travaillaient dans le secteur de la construction de l’Île du Prince Édouard, dont 43 % étaient en poste directement dans les projets de construction. Des 5 100 travailleurs de métier œuvrant dans le secteur, les femmes représentaient 5,7 %. De la même façon, les Autochtones représentaient un faible pourcentage de la population active du secteur de la construction, soit un peu plus de 1 % du total.

De leur côté, les nouveaux Canadiens représentent actuellement moins de 3 % de la main-d’œuvre en construction à l’Île-du-Prince-Édouard. Pendant la prochaine décennie, la province devrait accueillir 2 600 nouveaux arrivants en moyenne chaque année, de sorte que la population immigrée sera une importante source future de travailleurs potentiels pour le secteur de la construction et de l’entretien de la province.

ConstruForce Canada est une organisation nationale menée par le secteur et représentant tous les marchés du secteur de la construction au Canada. Son mandat est de fournir en temps opportun de l’information exacte et des analyses sur le marché du travail, en plus d’offrir des programmes et des initiatives pour faire en sorte que la population active canadienne de la construction et de l’entretien puisse répondre à la demande, renforcer sa capacité et acquérir les compétences requises. Visitez le site www.previsionsconstruction.ca.

Renseignements : Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada, par courriel, à ferreira@construforce.ca, ou par téléphone, au 613 569-5552, poste 222.

Ce rapport a été élaboré avec le soutien et les commentaires de différents intervenants du secteur de la construction et de l’entretien de la province. Pour connaître les réactions du secteur local de la construction à la publication du plus récent rapport de ConstruForce Canada, veuillez communiquer avec les personnes suivantes :

Allan Manley
Cadre dirigeant
Association canadienne des constructeurs d’habitations – Île-du-Prince-Édouard
902 218-6423

Sam Sanderson
Directeur général
Construction Association of Prince Edward Island
902 628-5421

Financé par le Programme d’appui aux initiatives sectorielles du gouvernement du Canada.