Accueil » Nouvelles et médias » Communiqués de presse

Communiqués de presse

L’industrie de la construction de l’Alberta doit planifier son avenir dès maintenant

Juin 22, 2009

Lorsque la situation économique se redressera, il y aura une demande pour 30 000 travailleurs qualifiés

Edmonton – Des représentants sectoriels et syndicaux participent aujourd’hui au Symposium de l’Alberta sur le marché du travail de la construction pour s’assurer que l’Alberta aura accès à la main-d’œuvre qualifiée nécessaire quand la situation économique se redressera.

« Il est essentiel de planifier maintenant pour la reprise économique », a déclaré le directeur général du Conseil sectoriel de la construction (CSC), George Gritziotis. « Lorsque d’importants projets dans le domaine de l’énergie seront relancés, nous devons nous assurer que notre main-d’œuvre qualifiée est prête. »

Les faits saillants pour l’Alberta du rapport annuel du CSC, Construire l’avenir, font état d’un déclin de l’emploi dans la construction après plus d’une décennie de croissance phénoménale.

Même si un nombre d’importants projets de fabrication sont prévus ou sont actuellement en marche, notamment trois usines de production d’éthanol, les pertes d’emploi se poursuivront en 2011. Ces pertes, qui affectent des métiers de la construction résidentielle, toucheront par la suite les travailleurs qualifiés de la construction non résidentielle après l’annulation ou le report de plusieurs propositions de projets de l’industrie pétrolière.

Lorsque l’économie de l’Alberta se redressera en 2010, il est prévu que d’importants projets dans le domaine de l’énergie s’amorceront en 2013.

« À moyen terme, des projets dans le domaine des transports et des projets connexes seront aussi amorcés », a déclaré le directeur général de l’Alberta Construction Association, Ken Gibson. « Ce qui signifie qu’à l’heure actuelle, nous avons une certaine marge de manœuvre pour planifier la reprise. »

Le financement des gouvernements devrait rapidement augmenter en 2009 et en 2010 alors que les fonds des plans de relance seront alloués à divers projets d’infrastructures publiques, comme la réfection des aqueducs et des égouts, des routes, des hôpitaux et des écoles.

« Le défi, c’est de s’assurer du retour des gens de métier qualifiés qui ont abandonné leur métier et quitté la province durant la récession », a affirmé le président et chef de la direction de Jayman MasterBUILT, Jay Westman. « Nous savons que nous aurons besoin de ces travailleurs qualifiés une fois la récession terminée. »

Selon les prévisions, le nombre d’emplois dans les métiers de la construction résidentielle et non résidentielle augmentera d’ici 2015 et surpassera celui de 2008. À long terme, de nouveaux investissements seront réalisés dans l’immobilier et le nombre de mises en chantier atteindra 32 000 en 2017.

Les prévisions indiquent également que jusqu’à 22 000 travailleurs de la construction pourraient prendre leur retraite entre 2009 et 2017. De plus, ce sont 8 000 travailleurs additionnels qui seront nécessaires pour répondre à la demande dans la période de référence, à mesure que l’économie reprendra de la vigueur. Aussi, dès 2014, il y aura une forte augmentation du nombre d’investissements dans le secteur des sables bitumineux.

« Nous sommes persuadés que le Symposium d’aujourd’hui nous aidera à mettre en place un plan régional que nous pourrons appliquer lorsque la situation sera de nouveau favorable », a déclaré le directeur général de l’Alberta Trades Council, Ron Harry. « L’industrie de la construction et les gouvernements doivent relever les défis posés par les marchés instables en mettant l’accent maintenant sur une plus grande mobilité de la main-d’œuvre, sur le remplacement des retraités et sur l’amélioration des compétences de nos travailleurs de la construction. »

Le Conseil sectoriel de la construction est la source de prévisions et d’observations sur le marché du travail la plus fiable au Canada. Le CSC est un organisme national dont le mandat est de trouver des moyens de répondre aux besoins futurs de l'industrie de la construction au Canada en favorisant la création d'une main-d'œuvre hautement qualifiée.

Les prévisions nationales et régionales contenues dans le rapport Construire l’avenir du CSC fournissent aux gouvernements, aux collèges, aux syndicats et à l’industrie des informations exactes sur l’offre et la demande de main-d’œuvre afin de permettre à l’industrie de la construction de rester un des principaux secteurs de l’économie du Canada.

Le scénario 2009-2010 prévu dans Construire l’avenir de l’Alberta sera diffusé au cours des prochaines semaines, en même temps qu'un résumé du Symposium de l’Alberta sur le marché du travail de la construction ainsi que toutes les données prévisionnelles, sur www.previsionsconstruction.ca

Renseignements:

Rosemary Sparks
Conseil sectoriel de la construction
416-271-2633

Scott Brownrigg
Sussex Strategy Group
416-277-8847

Le Canada aura besoin d’un nombre record de travailleurs qualifiés

Juin 17, 2009

Le financement des gouvernements stimulera des projets et créera des emplois

Ottawa – L’industrie de la construction est appelée à jouer un rôle important pour sortir le Canada de la récession, a déclaré aujourd’hui le Conseil sectoriel de la construction (CSC).

« Nous savons qu’il y a, dans tout le Canada, des projets de construction qui sont prêts à être amorcés », a déclaré le directeur général du Conseil sectoriel de la construction, George Gritiziotis. « L’industrie de la construction pourrait jouer un rôle important afin de créer une économie plus forte, selon l’exécution de projets financés par le gouvernement et le moment où ceux-ci seront mis en branle. »

Les politiques de relance budgétaire des gouvernements provinciaux et du gouvernement fédéral devraient stimuler les dépenses dans la construction, de même que l’emploi, dans les trois prochaines années, ce qui fera contrepoids au déclin des mises en chantier résidentielles et au décalage temporaire de la mise en valeur des ressources naturelles et de projets industriels d’importance.

C’est ce qui est indiqué dans les points saillants de l’édition annuelle de Construire l’avenir, un document du CSC qui fournit des prévisions concernant les tendances nationales du marché du travail. Il s’agit des prévisions les plus détaillées et les plus récentes des conditions du marché du travail au Canada.

Selon ces prévisions, l’industrie aura besoin de 317 000 travailleurs qualifiés d’ici 2017. Il s’agit d’un nombre record. Afin de répondre à l’augmentation prévue de la demande dans la construction à long terme, l’industrie aura besoin de 149 000 travailleurs. De plus, 168 000 travailleurs de la construction seront nécessaires pour remplacer les baby-boomers qui prendront leur retraite dans la période visée par l’étude.

« Au cours de la prochaine décennie, la demande pour des travailleurs qualifiés atteindra un sommet inégalé », a affirmé le directeur, Affaires canadiennes, Département des métiers de la construction, FAT-COI, Robert Blakely. « Le gouvernement et l’industrie devront aller de l’avant dans leurs efforts de recrutement, de promotion des métiers et de formation afin de constituer la main-d’œuvre qualifiée dont le Canada aura besoin. »

Le rythme de l’activité de l’industrie de la construction va s’accélérer de 2013 à 2017. « Il n’y a jamais eu de meilleur moment pour préparer l’industrie de la construction à la reprise », a déclaré le coprésident du CSC représentant le patronat, Tim Flood.

Grâce à des projets soutenus par le gouvernement dans les secteurs institutionnels et ceux des transports et de l’énergie, le Québec a maintenu une croissance de l’emploi durant la récession. Des propositions d’importants projets dans les secteurs des mines, de la fabrication et des services publics, jumelées à des projets gouvernementaux dans les secteurs de l’industrie et des infrastructures, permettent de maintenir la croissance de l’emploi en Colombie-Britannique. En Ontario, le marché du travail de la construction connaîtra un ralentissement moins brutal que celui d’autres industries, tandis qu’en Alberta, l’emploi ralentit après plus d’une décennie d’une croissance extraordinaire.

Une conjoncture favorable se dessine également grâce à de nouveaux projets et à des projets en cours en Saskatchewan, au Manitoba et à Terre-Neuve-et-Labrador. Jumelés aux initiatives de relance des gouvernements, ces projets ont aidé à maintenir l’emploi dans la construction.

Le Conseil sectoriel de la construction est un organisme national dont le mandat est de favoriser la création d’une main-d’œuvre hautement qualifiée afin de répondre aux besoins futurs du secteur canadien de la construction. Créé en avril 2001 et financé par le gouvernement et l’industrie, le CSC est issu d’un partenariat entre les syndicats et le patronat. Il est devenu un porte-parole respecté pour ses opinions et ses prévisions concernant les tendances du marché du travail.

Le Conseil sectoriel de la construction est la source de prévisions et d’observations sur le marché du travail la plus fiable au Canada. Le CSC est un organisme national dont le mandat est de trouver des moyens de répondre aux besoins futurs de l'industrie de la construction au Canada en favorisant la création d'une main-d'œuvre hautement qualifiée.

Les prévisions nationales et régionales contenues dans le rapport Construire l’avenir du CSC fournissent aux gouvernements, aux collèges, aux syndicats et à l’industrie des informations exactes sur l’offre et la demande de main-d’œuvre afin de permettre à l’industrie de la construction de rester un des principaux secteurs de l’économie du Canada.

L’édition nationale de Construire l’avenir 2009-2017, en plus de toutes les données sur les prévisions, seront accessibles,au cours des prochaines semaines, à l’adresse www.previsionsconstruction.ca/.

Renseignements :

Rosemary Sparks
Conseil sectoriel de la construction
416-271-2633

Scott Brownrigg
Sussex Strategy Group
416-277-8847

Les travailleurs des métiers de la construction très recherchés en Saskatchewan

Juin 11, 2009

Croissance de l’emploi supérieure à 10 % dans de nombreux métiers spécialisé.

Regina – Les travailleurs des métiers de la construction sont très demandés en Saskatchewan où les projets industriels, institutionnels et de génie civil accélèrent la poussée des métiers spécialisés de la province vers des taux d’emploi records, a annoncé aujourd’hui le Conseil sectoriel de la construction (CSC) au Symposium de la Saskatchewan sur le marché du travail de la construction.

« Les investissements records effectués dans cette province entraînent des taux d’emplois inégalés dans le secteur de la construction », a souligné George Gritziotis, directeur général du Conseil sectoriel de la construction. « Il s’agit de l’un des rares secteurs où l’on peut dire, quelle récession? »

Les faits saillants du rapport annuel du CSC « Construire l’avenir » pour la Saskatchewan indiquent que le taux d’emploi augmentera de plus de 7 % chaque année en 2009 et en 2010 dans 33 métiers et professions suivis par le CSC. Plus de 25 700 personnes travaillent actuellement dans les métiers de la construction en Saskatchewan.

« Comparativement aux autres provinces et aux autres secteurs, nous entrevoyons une croissance et des possibilités sans précédent dans l'industrie de la construction en Saskatchewan », affirme Michael Fougere, président de la Saskatchewan Construction Association. « L’ampleur de cette croissance et des possibilités offertes dépend juste du moment où les projets privés et les projets d’infrastructure publics seront mis en route. »

Des représentants régionaux assistent au symposium qui se tient aujourd’hui pour discuter des tendances du marché de l’emploi et pour examiner comment la Saskatchewan peut répondre le mieux possible à la demande en main-d’œuvre qualifiée dans l’industrie de la construction.

« Nous sommes actuellement en excellente position », a déclaré Terry Parker, directeur commercial du Saskatchewan Provincial Building and Construction Trades Council.

« Une campagne dynamique de recrutement menée au bon moment nous aide à combler des emplois en faisant appel à des travailleurs venant de chantiers qui se terminent dans d’autres provinces. » La demande pour les métiers du secteur de la construction est stimulée par des investissements résidentiels et non résidentiels notamment dans des projets miniers et manufacturiers qui sont planifiés ou en route. Il en résulte qu’il faudra plus de 4 300 nouveaux travailleurs spécialisés pour répondre au plus fort de la demande en 2014 et 4 400 de plus pour remplacer les baby-boomers qui prendront leur retraite au cours de la prochaine décennie.

« En faisant une bonne planification et en mettant l’accent sur la formation et le recrutement, la Saskatchewan devrait avoir une nouvelle génération de travailleurs qualifiés, de superviseurs et de gestionnaires fin prête lorsqu’elle en aura besoin », a déclaré Sid Matthews, président de la Construction Labour Relations Association of Saskatchewan. « C'est notre objectif. »

Le Conseil sectoriel de la construction est la source de prévisions et d’observations sur le marché du travail la plus fiable au Canada. Le CSC est un organisme national dont le mandat est de trouver des moyens de répondre aux besoins futurs de l'industrie de la construction au Canada en favorisant la création d'une main-d'œuvre hautement qualifiée.

Les prévisions nationales et régionales contenues dans le rapport Construire l’avenir du CSC fournissent aux gouvernements, aux collèges, aux syndicats et à l’industrie des informations exactes sur l’offre et la demande de main-d’œuvre afin de permettre à l’industrie de la construction de rester un des principaux secteurs de l’économie du Canada.

Le scénario 2009-2010 prévu dans Construire l’avenir de la Saskatchewan sera diffusé au cours des prochaines semaines, en même temps qu'un résumé du Symposium de la Saskatchewan sur le marché du travail de la construction ainsi que toutes les données prévisionnelles, sur http://www.previsionsconstruction.ca/

Renseignements :

Scott Brownrigg
Sussex Strategy Group
Cellulaire : 416-277-8847

Rosemary Sparks
Conseil sectoriel de la construction
416-271-2633

Le Canada atlantique a besoin de 20 000 travailleurs spécialisés

Juin 4, 2009

La mobilité des travailleurs est essentielle pour soutenir la croissance

Saint John – D’importants projets prévus dans le secteur industriel, dans celui des ressources et dans celui des infrastructures publiques contribueront à relancer l’industrie de la construction pendant la récession, a annoncé aujourd’hui le Conseil sectoriel de la construction (CSC) au Symposium de l’Atlantique sur le marché du travail de la construction.

« Il est nécessaire d’adopter une approche régionale pour être sûrs de combler les besoins en main-d’œuvre qualifiée d’une province à l’autre », a déclaré George Gritziotis, directeur général du CSC. « Je suis convaincu que le symposium qui a lieu aujourd'hui mènera à une solution régionale. »

Le symposium qui réunit aujourd’hui des représentants de gouvernements, du secteur de la formation et de l’industrie de la construction de tout le Canada atlantique a pour but de planifier dès maintenant pour s’assurer que la région disposera de la main-d’œuvre qualifiée dont elle aura besoin au moment de la reprise économique.

« Ces projets, associés à des mesures de relance des gouvernements, créeront des possibilités d'emploi et poseront des défis », a déclaré Hilary Howes, directeur général de la Construction Association of New Brunswick. « Nous devons nous assurer que nous disposerons de la main-d’œuvre nécessaire pour suivre le rythme des nouveaux projets de construction lorsqu’ils démarreront dans la région. »

Le symposium permettra de discuter des solutions aux problèmes mis en relief dans le rapport annuel du CSC, Construire l'avenir . Le rapport indique quelles seront les tendances du marché de l’emploi au Canada atlantique de 2009 à 2017.

Selon les prévisions du CSC, au Nouveau-Brunswick, plusieurs projets d’envergure prévus devraient faire augmenter le taux d’emploi de jusqu’à 45 % sur quatre ans à partir de 2012. Ces projets, qui sont déjà en cours ou en phase de planification, comprennent une raffinerie de pétrole et une centrale nucléaire.

Les prévisions du CSC citent également d’importants projets de mise en valeur de ressources naturelles qui créeront 3 200 emplois dans l’industrie de la construction au cours des 9 prochaines années dans la province de Terre-Neuve-et-Labrador. Les projets prévus comprennent une usine de traitement du nickel, des projets d’expansion d’un champ de pétrole, de mise en valeur de mine et d’hydroélectricité. La croissance de l’emploi dans l’industrie de la construction dans cette province dépasse celle de toutes les autres.

Les projets prévus liés aux ressources et la construction d’infrastructures publiques ajouteront 2 400 nouveaux emplois cette année et l’année prochaine en Nouvelle-Écosse, venant compenser la perte de 1 000 emplois dans le secteur de la construction résidentielle.

« Le défi que nous devons relever consiste à attirer des jeunes, à donner de la formation et à retenir les travailleurs qualifiés », a déclaré Derm Cain, membre du conseil d’administration du CSC et directeur régional canadien de l’International Union of Operating Engineers. « C’est une nécessité absolue. En Nouvelle-Écosse seulement, il faudra 5 900 travailleurs qualifiés pour remplacer les baby-boomers qui prendront leur retraite. »

Le rapport révèle que plus de 4 600 nouveaux travailleurs spécialisés devront s’ajouter à la main-d’œuvre du Canada atlantique pour répondre à la demande créée par les nouveaux projets de construction. L’âge des travailleurs de cette région est supérieur à l’âge moyen à l’échelle nationale. Par conséquent, il faudra recruter un nombre record de 15 000 travailleurs pour remplacer les baby-boomers qui prendront leur retraite d’ici 2017.

À l’Île-du-Prince-Édouard, le rapport indique une augmentation de la construction domiciliaire et prévoit que les projets d'infrastructures publiques créeront 320 nouveaux emplois dans l’industrie de la construction au cours des deux prochaines années.

Toutefois, la Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard risquent de perdre des travailleurs qualifiés au profit de Terre-Neuve-et-Labrador, à court terme, et du Nouveau-Brunswick, à plus long terme.

Le Conseil sectoriel de la construction est la source de prévisions et d’observations sur le marché du travail la plus fiable au Canada. Le CSC est un organisme national dont le mandat est de trouver des moyens de répondre aux besoins futurs de l'industrie de la construction au Canada en favorisant la création d'une main-d'œuvre hautement qualifiée.

Les prévisions nationales et régionales contenues dans le rapport Construire l’avenir du CSC fournissent aux gouvernements, aux collèges, aux syndicats et à l’industrie des informations exactes sur l’offre et la demande de main-d’œuvre afin de permettre à l’industrie de la construction de rester un des principaux secteurs de l’économie du Canada.

Le scénario 2009-2010 prévu dans Construire l’avenir du Canada atlantique sera diffusé au cours des prochaines semaines, en même temps qu'un résumé du Symposium de l’Atlantique sur le marché de la main-d’œuvre ainsi que toutes les données prévisionnelles, sur http://www.previsionsconstruction.ca/

Renseignements :

Danna O’Brien
Sussex Strategy Group
416-500-0699

Rosemary Sparks
Conseil sectoriel de la construction
416-271-2633

L’industrie de la construction de la Colombie-Britannique est en bonne position pour traverser la récession

Mai 26, 2009

L’industrie de la construction de la Colombie-Britannique est en bonne position pour traverser la récession

Vancouver – L’industrie de la construction en Colombie-Britannique surmontera la récession mieux que plusieurs autres industries grâce aux dépenses en infrastructure du gouvernement. C’est la prévision qu’a formulée aujourd’hui le Conseil sectoriel de la construction (CSC) à l’occasion de son symposium sur le marché du travail. Les représentants de l’industrie et des syndicats de la Colombie-Britannique sont actuellement réunis pour discuter des moyens de bien préparer ce secteur clé à la prochaine vague de projets de construction.

Même si le ralentissement économique a eu un effet important sur la construction résidentielle et commerciale, d’importants projets ont été planifiés dans les secteurs des mines, de la fabrication et des services publics.

« Selon nous, ces projets, en plus des projets d’infrastructure du gouvernement, contribueront à stimuler la croissance de l’emploi dans l’industrie de la construction en Colombie-Britannique au cours des prochaines années, a déclaré George Gritziotis, directeur général du CSC. Malgré le ralentissement économique, les perspectives d’emploi sont bonnes pour les gens de métier qualifiés en Colombie-Britannique. »

Il s’agit des points saillants du rapport annuel du CSC, intitulé « Construire vers l’avenir », qui offre des perspectives détaillées du marché du travail pour la période de 2009 à 2017 en Colombie-Britannique.

À court terme, les projets de construction du gouvernement, particulièrement les importants programmes de stimulation pour la construction d’infrastructures, seront fondamentaux pour la création d’emplois. Les activités de construction s’étendront sur plusieurs fronts durant la période visée par le rapport, une fois que la reprise de la confiance des consommateurs et des entreprises entraînera le rétablissement de l’économie.

« Nous sommes chanceux parce que peu de secteurs se sortiront de la récession aussi bien que l’industrie de la construction de la Colombie-Britannique », a déclaré Manley McLachlan, président de la BC Construction Association.

Selon le rapport, il faudra quelque 26 000 nouveaux travailleurs d’ici 2017 pour remplacer les baby-boomers qui prendront leur retraite. De plus, l’industrie aura besoin de 6 400 travailleurs pour répondre à la croissance à moyen et à long terme dans le domaine de la construction.

« C’est le moment parfait pour l’industrie de la construction de planifier en vue de l’avenir, a déclaré Wayne Peppard, directeur général de BC Building Trades. L’industrie et le gouvernement doivent axer leurs efforts sur l’amélioration des compétences, l’accroissement de la mobilité et le recrutement de jeunes employés pour faire de l’industrie de la construction une force de changement majeure afin de traverser les hauts et les bas de l’économie. »

Le CSC est la source la plus fiable au Canada pour les perspectives sur le marché du travail et les commentaires sur le sujet. Il s’agit d’un organisme national qui est engagé à répondre aux besoins futurs de l’industrie de la construction du Canada en veillant à ce que la main-d’œuvre soit hautement qualifiée.

Les perspectives nationales et régionales contenues dans les rapports « Construire vers l’avenir » du CSC procurent aux gouvernements, aux collèges, au monde du travail et à l’industrie de l’information précise sur l’offre et la demande relativement à la main-d’œuvre pour que l’industrie de la construction demeure un secteur de premier plan de l’économie canadienne.

Le rapport « Construire vers l’avenir » pour la période de 2009 à 2017 en Colombie-Britannique, de même qu’un résumé du symposium sur le marché du travail de la Colombie-Britannique et tous les scénarios d’activité de construction pour la province, seront publiés dans les prochaines semaines sur le site www.previsionsconstruction.ca.

Renseignements :

Rosemary Sparks
Conseil sectoriel de la construction
905-852-9186

Les investissements dans les infrastructures protègent l'industrie de la construction

Mars 17, 2009

Ottawa – Selon le Conseil sectoriel de la construction (CSC), les premières évaluations de l'ensemble des mesures de relance économique prises par le gouvernement fédéral indiquent que ces mesures contribuent à atténuer les répercussions économiques de la récession sur l'un des plus importants secteurs au Canada.

« Nous sommes convaincus que l'investissement de 30 G$ au cours des deux prochains exercices permettra à l'industrie de la construction d'éviter une chute brutale durant cette période économique difficile », a déclaré George Gritziotis, directeur général, Conseil sectoriel de la construction.

Actuellement, l'ensemble de la main-d'œuvre du secteur de la construction canadien est en transition, car des mégaprojets sont retardés d'un bout à l'autre du pays et les dépenses dans la construction résidentielle diminuent.

L'analyse effectuée par le CSC indique que les mesures d'incitation fiscale comprises dans le budget fédéral, et prévues dans les initiatives provinciales à venir, augmenteront le nombre d'emplois et les dépenses dans le secteur de la construction au cours des trois prochaines années. Ces mesures créeront les conditions nécessaires pour maintenir la capacité du secteur de la construction à un niveau qui lui permettra de réagir positivement aux mesures de relance, mais également aux exigences futures en matière de développement et d'entretien des infrastructures avec la reprise de l'économie.

« Le nombre d’emplois dans le secteur de la construction devrait augmenter légèrement entre 2009 et 2010 et demeurer stable en 2011. Nous pensons que c'est un très bon signe comparé à d'autres secteurs d'activité », a ajouté M. Gritziotis. Les chiffres relatifs à l'emploi dans le secteur de la construction seront détaillés dans les prévisions finales du CSC sur le marché du travail à l'échelle provinciale et nationale qui seront publiées ce printemps.

Les prévisions nationales et régionales contenues dans le rapport Construire l’avenir du Conseil sectoriel de la construction fournissent aux collèges, au gouvernement, aux syndicats et à l’industrie des renseignements exacts sur la disponibilité et la demande de travailleurs pour répondre aux besoins futurs du secteur de la construction au Canada.

Le Conseil sectoriel de la construction (CSC) est un organisme national dont le mandat est de favoriser la création d’une main-d’œuvre hautement spécialisée afin de répondre aux besoins futurs du secteur canadien de la construction.

Créé en avril 2001 et financé par le gouvernement et l’industrie, le CSC est issu d’un partenariat entre les syndicats et le patronat. Consultez notre site Web : www.csc-ca.org.

Renseignements :

George Gritziotis
Conseil sectoriel de la construction
613-569-5552
gritziotis@csc-ca.org

Les possibilités d'emploi dans le secteur de la construction en Ontario 74 000 nouveaux travailleurs devront être recrutés au cours des huit prochaines années

Juillet 11, 2008

KINGSTON – Après une décennie de croissance constante et alors que le nombre d'emplois dans plusieurs corps de métiers a atteint ou avoisiné des niveaux records en 2007, on s'attend à ce que le secteur de la construction en Ontario continue d'afficher une croissance raisonnable qui nécessitera l'embauche de près de 74 000 travailleurs au cours des huit prochaines années, affirme le Conseil sectoriel de la construction (CSC) dans la quatrième édition annuelle de "Construire l'avenir", qui fournit des prévisions détaillées concernant les tendances du marché du travail pour la période de 2008 à 2016 en Ontario.

"Même s'il y a un risque de ralentissement économique en Ontario, le niveau de croissance dans le secteur de la construction au cours des huit années à venir demeure très positif", a indiqué Ron Martin, directeur administratif, Sudbury Construction Association. "Les projets d'envergure qui sont en cours et envisagés permettront d'ajouter un nombre considérable d'emplois liés à la construction dans la province."

Selon les perspectives actuelles, entre 2008 et 2016, il faudra jusqu'à 17 600 nouveaux travailleurs pour suivre le rythme des nouveaux projets, tandis que 56 300 autres devront être embauchés pour remplacer les baby-boomers qui prennent leur retraite.

"Et ces données ne tiennent pas compte de plusieurs projets majeurs actuellement à l'étude", a souligné Ron McGillis, gestionnaire de la sécurité, de la conformité et de la qualité des travaux des entrepreneurs, Ontario Power Generation. "Les annonces récentes concernant la construction d'un réacteur nucléaire, la possibilité d'une nouvelle raffinerie de pétrole dans le sud de l'Ontario et l'accroissement des investissements dans les infrastructures viendront accroître les perspectives d'emploi pour les travailleurs ontariens."

"Pour le secteur de la construction en Ontario, il sera important de promouvoir les possibilités de carrière, de recruter de jeunes travailleurs et d'améliorer les programmes de formation", a indiqué Patrick Dillon, directeur des affaires, Provincial Building and Construction Trades Council of Ontario. "Un tel soutien est nécessaire tant pour accroître le nombre de travailleurs qualifiés en prévision des nouveaux projets de construction que pour remplacer les travailleurs qui prennent leur retraite."

"L'embauche de travailleurs de la construction plus qualifiés pour répondre à des besoins croissants en Ontario revêt une importance capitale, et nous devons faire du recrutement et la formation une priorité", a précisé Richard Lyall, président, RESCON.

Comptant parmi les principales industries du Canada, la construction emploie plus d'un million de Canadiens. À l'échelle nationale, l'emploi dans l'ensemble du secteur de la construction a connu un taux de croissance record de 39 % au cours des cinq dernières années.

Le Conseil sectoriel de la construction (CSC) est un organisme national dont le mandat est de favoriser la création d'une main-d'œuvre hautement spécialisée afin de répondre aux besoins futurs du secteur canadien de la construction. Créé en avril 2001 et financé par le gouvernement et l'industrie, le CSC est issu d'un partenariat entre les syndicats et le patronat.

Les prévisions nationales et régionales contenues dans le rapport "Construire l'avenir" du Conseil sectoriel de la construction fournissent aux collèges, aux syndicats et à l'industrie des renseignements exacts sur la disponibilité et la demande de travailleurs pour répondre aux besoins futurs du secteur de la construction au Canada.

Pour obtenir un exemplaire des prévisions sur le marché du travail en Ontario, rendez-vous sur notre site Web à l'adresse www.csc-ca.org.

Renseignements :

Bob Collins,
Conseil sectoriel de la construction,
(416) 399-0413 

Le Canada atlantique doit recruter plus de 18 000 travailleurs spécialisés De nouveaux projets d’envergure épuiseront le bassin de main-d’œuvre disponible

Juin 25, 2008

ST. JOHN’S – Des projets de génie civil et de construction industrielle d’envergure au Nouveau-Brunswick et à Terre-Neuve-et-Labrador épuiseront le bassin de main-d’œuvre du Canada atlantique, selon le Conseil sectoriel de la construction.

« Un nombre record de projets d’importance sont prévus ou en cours dans la région de l’Atlantique, ce qui comprend une centrale nucléaire, des installations de raffinerie de pétrole et d’hydroélectricité et la construction de routes », a affirmé Timothy Flood, président de John Flood and Sons Limited, la plus ancienne entreprise de construction au Canada. « La demande de travailleurs spécialisés pour ces projets est supérieure à ce que la région peut offrir. »

Ces renseignements figurent dans la quatrième édition annuelle du rapport Construire l’avenir du Conseil sectoriel de la construction, lequel fournit des prévisions détaillées concernant les tendances du marché du travail au Canada atlantique pour la période de 2008 à 2016.

Les activités demeureront soutenues dans le secteur de la construction en Nouvelle-Écosse et à l’Île-du-Prince-Édouard, mais le remplacement de la main-d’œuvre, plus âgée que la moyenne nationale, constituera un défi de taille vers la fin de la période à l’étude.

Le rapport révèle également que plus de 5 000 nouveaux travailleurs spécialisés devront s’ajouter à la main-d’œuvre du Canada atlantique pour répondre à la demande créée par les nouveaux projets de construction. L’âge des travailleurs de cette région est supérieur à l’âge moyen à l’échelle nationale. Par conséquent, il faudra recruter un nombre record de 13 600 travailleurs pour remplacer les baby-boomers qui prendront leur retraite d’ici 2016.

« Compte tenu du nombre élevé de travailleurs qui prennent leur retraite, il est plus important que jamais d’attirer, de former et de retenir des travailleurs spécialisés », a indiqué Carol MacCulloch, présidente de Construction Association of Nova Scotia.

Les travailleurs de certains métiers spécialisés seront en demande en raison des nouveaux grands projets de génie civil et de construction industrielle.

« Pour demeurer concurrentiels et stimuler le développement industriel, nous devrons entreprendre des projets de formation et de recrutement afin de trouver un nombre suffisant de travailleurs spécialisés. Il n’y a aucun doute à ce sujet », a déclaré Dermot Cain, directeur pour le Canada d’International Union of Operating Engineers.

La multiplication des projets de construction d’envergure aura également une incidence sur la construction résidentielle.

« Nous assisterons à une explosion dans la construction résidentielle au Canada atlantique en raison de l’arrivée de travailleurs provenant de l’extérieur de la région », a déclaré Grant MacLeod, président de PEI Residential Construction Sector Council. « Ce sera une véritable réaction en chaîne. »

Le Conseil sectoriel de la construction est un organisme national dont le mandat est de favoriser la création d’une main-d’œuvre hautement spécialisée afin de répondre aux besoins futurs du secteur canadien de la construction. Créé en avril 2001 et financé par le gouvernement et l’industrie, le Conseil est issu d’un partenariat entre les syndicats et le patronat.

Les prévisions nationales et régionales contenues dans le rapport Construire l’avenir du Conseil sectoriel de la construction fournissent aux collèges, aux syndicats et à l’industrie des renseignements exacts sur la disponibilité et la demande de travailleurs pour répondre aux besoins futurs du secteur de la construction au Canada.

Pour obtenir un exemplaire des prévisions sur le marché du travail dans la région de l’Atlantique, rendez-vous sur notre site Web à l’adresse www.csc-ca.org.

Renseignements :

Bob Collins
Conseil sectoriel de la construction
(cell.) 416-399-0413 

Au Manitoba, le boom de la construction compte sur les travailleurs spécialisés Plus de 10 000 travailleurs recherchés pour maintenir le rythme

Juin 23, 2008

WINNIPEG – Une forte activité dans tous les secteurs de la construction a exigé l’embauche d’un nombre record de travailleurs spécialisés, d’après les prévisions les plus récentes du Conseil sectoriel de la construction.

« Jamais n’a-t-on vu autant de chantiers et de projets dans la province », souligne le président de la Winnipeg Construction Association, John Schubert. « Nous faisons appel à tous nos travailleurs de la construction et nous devons continuer à attirer plus de jeunes, de femmes et d’Autochtones dans les métiers de la construction. »

Ces renseignements sont tirés de la quatrième édition annuelle de « Construire vers l’avenir » du Conseil sectoriel de la construction (CSC), un document de prévisions détaillées sur les tendances du marché du travail de 2008 à 2016 au Manitoba.

L’industrie de la construction emploie près de 22 000 travailleurs au Manitoba et doit attirer 6 000 nouveaux travailleurs pour suivre le rythme des nouveaux projets. D’ici 2016, le secteur aura besoin de 4 500 autres travailleurs pour remplacer les baby-boomers qui prennent leur retraite.

« Il faut recruter et former des travailleurs dans tous les secteurs », explique David Martin, directeur général du Manitoba Building and Construction Trades Council. « Il faut maintenant veiller à ce que les programmes d’apprentissage et autres programmes de formation répondent à la demande de travailleurs spécialisés. Plusieurs collèges relèvent le défi en faisant usage de méthodes novatrices pour offrir une formation axée sur des compétences. »

Le rapport recense un nombre record de nouveaux projets de construction, notamment les pipelines Trans Canada et Enbridge, le Manitoba Floodway, des parcs éoliens ainsi que des usines de production d’éthanol et des centrales électriques. À cela s’ajoutent plusieurs projets d’infrastructure, dont la station de traitement d’eau de Winnipeg et la construction routière sur l’ensemble de la province.

« Ce sont là de bonnes nouvelles pour le Manitoba », affirme le président de la Home Builders’ Association, Mike Moore. « L’industrie de la construction résidentielle connaît une croissance sans précédent et offre d’énormes possibilités d’emploi. »

Le secteur de la construction représente l’une des plus importantes industries au Canada puisqu’il emploie pas moins d’un million de Canadiennes et de Canadiens. Au cours des cinq dernières années, les emplois dans l’industrie de la construction ont augmenté dans une proportion record de 39 % au pays.

Le Conseil sectoriel de la construction (CSC) est un organisme national engagé dans le développement d’une main-d’œuvre hautement qualifiée qui répondra aux futurs besoins de l’industrie de la construction au Canada. Créé en avril 2001 et financé par le gouvernement et par l’industrie, le CSC représente un partenariat entre les syndicats et le patronat.

Les prévisions nationales et régionales contenues dans le document « Construire vers l’avenir » du CSC offrent aux collèges, aux syndicats et à l’industrie une information exacte sur l’offre et la demande de travailleurs nécessaires pour répondre aux futurs besoins de l’industrie de la construction au Canada.

Pour obtenir un exemplaire des prévisions sur le marché du travail au Manitoba, il suffit de visiter notre site Web à www.csc-ca.org

Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec :

David Martin
Directeur général
Manitoba Building and Construction Trades Council
(204) 782-3832

Rosemary Sparks
Conseil sectoriel de la construction
(905) 852-9186 

Les gens de métier spécialisés reviennent en Saskatchewan Niveaux de construction record et accroissement des nouveaux projets

Juin 10, 2008

REGINA – Plusieurs personnes de métier qualifiées retournent en Saskatchewan pour aider l’industrie de la construction à faire face à un niveau record d’activité, selon les prévisions les plus récentes du Conseil sectoriel de la construction.

« La Saskatchewan joue un rôle de premier plan dans la vive concurrence pour les travailleurs spécialisés qui secoue l’ensemble du Canada », affirme le président de la Saskatchewan Construction Association, Michael Fougere. « L’industrie de la construction ne ménage aucun effort pour relever les défis posés par une croissance importante du secteur. Celle-ci est attribuable au retour de plusieurs résidents, à l’arrivée de nombreux immigrants et à la multiplication des programmes d’apprentissage. »

Ces renseignements sont tirés de la quatrième édition annuelle de « Construire vers l’avenir » du Conseil sectoriel de la construction (CSC), un document de prévisions détaillées des tendances du marché du travail de 2008 à 2016 en Saskatchewan.

D’après le rapport, le nombre de travailleurs de la construction en Saskatchewan a connu une augmentation de 11 % depuis 2001, une hausse deux fois plus importante que celle du reste de la main-d’œuvre de la province. Dans cinq ans, le secteur de la construction comptera 3 800 travailleurs supplémentaires, soit une augmentation de 14 %. Cependant, il faudra recruter 4 000 autres travailleurs d’ici 2016 pour remplacer les baby-boomers qui prennent leur retraite.

« Le nombre de projets résidentiels et non résidentiels augmente et les activités de construction se déplacent vers les projets techniques et industriels associés aux ressources naturelles », explique le président de la Construction Labour Relations Association of Saskatchewan Inc. (CLR), Sid Matthews. « Comme il y a plus de travail que de travailleurs disponibles, nous devons concurrencer les autres provinces pour attirer des travailleurs spécialisés dans tous les métiers de la construction. »

En Saskatchewan, les investissements dans le secteur manufacturier ont atteint un niveau record. Plusieurs projets ont été lancés et d’autres dévoilés, notamment des usines de production d’éthanol et de transformation des aliments ou des agrandissements de mines de potasse et d’uranium. « La croissance soudaine des investissements industriels et techniques en Saskatchewan nous offre de nouvelles possibilités », souligne le directeur commercial du Saskatchewan Provincial Building and Construction Trades Council, Terry Parker. « Les programmes d’apprentissage doivent s’adapter aux nouvelles demandes et attirer plus de jeunes, plus de femmes et plus d’Autochtones. »

Le secteur de la construction continuera de connaître une activité intense au cours des années qui viennent.

« Nous devons donc promouvoir davantage les carrières dans le secteur de la construction et investir dans la formation », explique le premier vice-président de l’Association canadienne des constructeurs d’habitations, section de la Saskatchewan, Alan Thomarat. « Il s’agit là d’un investissement dans les gens et dans les compétences en forte demande au Canada. »

Le secteur de la construction représente l’une des plus importantes industries du Canada puisqu’il emploie pas moins d’un million de personnes. D’ici 2016, le Canada aura besoin de quelque 250 000 nouveaux travailleurs de la construction pour satisfaire les besoins en main-d’œuvre des nouveaux projets et remplacer les travailleurs retraités.

Le Conseil sectoriel de la construction (CSC) est un organisme national engagé dans le développement d’une main-d’œuvre hautement qualifiée qui répondra aux futurs besoins de l’industrie de la construction au Canada. Créé en avril 2001 et financé par le gouvernement et par l’industrie, le CSC représente un partenariat entre les syndicats et le patronat.

Les prévisions nationales et régionales contenues dans le document « Construire vers l’avenir » du CSC offrent aux collèges, aux syndicats et à l’industrie une information exacte sur l’offre et la demande de travailleurs nécessaires pour répondre aux futurs besoins de l'industrie de la construction au Canada.

Pour obtenir un exemplaire des prévisions du marché du travail de la Saskatchewan, il suffit de visiter notre site Web à www.csc-ca.org.

Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec :

Michael Fougere
Saskatchewan Construction Association
Président du Comité d'IMT de la Saskatchewan
Tél. 306-525-0171

Rosemary Sparks
Conseil sectoriel de la construction
Bureau : 905-852-9186
Tél. cell. : 416-271-2633 

Pages