Accueil » Nouvelles et médias » Communiqués de presse

Communiqués de presse

Gains en matière d’emploi pour le secteur de la construction de l’Ontario

Mars 22, 2012

TORONTO – Le secteur de la construction de l’Ontario enregistrera une croissance soutenue au cours des neuf prochaines années. Cependant, la province aura de la difficulté à satisfaire ses besoins en main-d’œuvre qualifiée en raison des projets miniers (Ceinture de feu), des projets dans les domaines des transports et de l’énergie nucléaire et des projets d’infrastructure dans la région du Grand Toronto (RGT). L’activité dans le secteur de la construction augmentera au moment même où les travailleurs âgés de l’Ontario commenceront à prendre leur retraite.

D’après de nouvelles prévisions de l’offre et de la demande de main-d’œuvre publiées par le Conseil sectoriel de la construction (CSC), la construction est un secteur de premier plan depuis plus de 20 ans et l’emploi continuera à croître pendant toute la période de prévision, même si la tendance variera selon les régions.

La région du nord et la région du Grand Toronto enregistreront les gains en matière d’emploi les plus importants. L’attention se portera, à moyen et à long terme, sur les projets miniers et d’infrastructure de la Ceinture de feu du nord-ouest de l’Ontario. Dans la région de Sudbury et du nord-est de la province, plusieurs projets miniers ou d’infrastructure ont déjà été lancés ou le seront d’ici cinq ans. Les gisements minéraux offrent un potentiel à long terme pour le développement minier durable du nord de l’Ontario.

Dans la RGT, les investissements dans les centrales nucléaires auront des répercussions importantes sur la demande pour les métiers et professions clés à mesure que le niveau d’activité s’accentuera après 2014. Ces besoins s’ajoutent aux projets de construction institutionnelle (p. ex. les projets de construction pour les Jeux panaméricains, les projets liés aux transports et plusieurs autres projets d’infrastructure) pour créer des occasions d'emploi au cours de la période de prévision.

Construire l'avenir, Points saillants 2012-2020 pour l’Ontario
estime que la croissance de la province profitera d’une augmentation continue de l’emploi dans les secteurs résidentiel et non résidentiel. Selon les prévisions, près de 43 000 travailleurs s’ajouteront à la main-d’œuvre pour répondre à la demande causée par la croissance de l’activité. De plus, le secteur devra remplacer 77 000 travailleurs qui doivent prendre leur retraite au cours de la prochaine décennie. Le secteur devra donc recruter quelque 120 000 nouveaux travailleurs pour faire face à la croissance et au remplacement des nouveaux retraités.

« Plusieurs projets ontariens offriront des occasions d’emploi aux jeunes travailleurs, aux Autochtones, aux femmes et aux nouveaux venus au Canada. L’Ontario possède les systèmes de formation nécessaires pour former cette future main-d’œuvre. Il est hautement prioritaire d’offrir un nombre suffisant de travailleurs qualifiés au moment même où le vieillissement des travailleurs et les départs à la retraite pourraient réduire la main-d’œuvre disponible », affirme le directeur commercial du Conseil provincial des métiers de la construction de l'Ontario, Pat Dillon.

« Le secteur doit préserver les systèmes de soutien qui lui permettront de recruter, de former et de conserver les travailleurs au cours de la période. Grâce à ce soutien, le secteur sera en mesure de remplacer les travailleurs qualifiés à mesure qu’ils prendront leur retraite », ajoute-t-il.

Les perspectives du secteur de la construction indiquent que l’Ontario fera face à une croissance variable selon les secteurs et les régions.

« Les répercussions de l’évolution de l’emploi dans la construction dépendent des dates de mise en chantier des nombreux projets de services d’électricité, d’infrastructure et des transports. Le lancement et l’achèvement de ces projets feront augmenter le nombre de travailleurs des métiers spécialisés et des professions dans toutes les régions avant de les libérer à la fin », affirme le directeur général du Construction Employers Coordinating Council of Ontario, David Brisbin. « Notre défi consistera à suivre de près les projets en cours et les futurs projets pour veiller à ce que la main-d’œuvre locale puisse répondre aux nouveaux besoins. »

Le CSC dévoile, chaque année, des prévisions de main-d’œuvre pour neuf ans à la suite de consultations menées auprès des dirigeants de l’industrie, notamment les propriétaires, les entrepreneurs et les organismes syndicaux, ainsi que les gouvernements et les établissements d’enseignement.

Les rapports nationaux et régionaux seront affichés en ligne à www.csc-ca.org en mars et en avril. Les données de prévisions sont également affichées à www.previsionsconstruction.ca. Le site Web offre un accès immédiat aux données relatives aux investissements dans les secteurs résidentiel et non résidentiel du secteur de la construction, ainsi que des détails sur l’offre et la demande dans une trentaine de métiers spécialisés et de professions au cours des neuf prochaines années. On y trouve aussi une répartition par province et par région.

Le Conseil sectoriel de la construction (CSC) est un organisme national dirigé par l’industrie et engagé dans le développement d'une main-d'œuvre hautement qualifiée qui répondra aux futurs besoins du secteur de la construction au Canada. Le Conseil est financé par le gouvernement du Canada par l’entremise du Programme des conseils sectoriels.

RENSEIGNEMENTS :

Patrick Dillon
Conseil provincial des métiers de la construction de l'Ontario
416-347-8245

Rosemary Sparks
Conseil sectoriel de la construction
905-852-9186

L’emploi dans le secteur de la construction du Manitoba connaîtra une croissance soutenue

Mars 13, 2012

WINNIPEG – La construction continuera d’être un secteur de premier plan au Manitoba au cours de la prochaine décennie. Les secteurs des nouvelles habitations et des services publics d’électricité connaîtront des niveaux d’emploi records. Il y aura aussi des gains stables dans les secteurs de la construction industrielle, commerciale et institutionnelle.

D’après le nouveau rapport du Conseil sectoriel de la construction (CSC) intitulé Construire l’avenir, Points saillants 2012–2020 pour le Manitoba, le secteur de la construction connaîtra une forte expansion pour une deuxième décennie consécutive. Le taux de chômage restera bas en raison des gains importants dans la construction résidentielle et non résidentielle. Pendant plusieurs années, les besoins croissants pourraient mettre le secteur à l’épreuve.

« La construction résidentielle continue d’augmenter, ce qui crée des occasions d'emploi importantes », affirme le président de la Manitoba Home Builders’ Association, Mike Moore. « Le secteur devra activement recruter et former de nouveaux travailleurs pour faire face à l’augmentation prévue de 40 % de l’emploi dans la construction résidentielle. »

L’activité dans le secteur de la construction non résidentielle connaîtra une phase de croissance soutenue en raison des nombreux grands projets de services publics en cours et prévus. « Comme les projets de construction prévus créeront une forte demande, le secteur pourrait faire face à des pénuries de travailleurs et à des problèmes de recrutement au cours des années à venir », affirme le directeur général du Allied Hydro Council of Manitoba, Dave Martin.

Il ajoute que « les intervenants de l’industrie devront gérer au mieux la mobilité des travailleurs, non seulement entre les projets, mais également entre les provinces; le secteur a acquis une vaste expérience en matière de recrutement de travailleurs qualifiés d’autres marchés. »

On prévoit une hausse de 9 100 travailleurs entre 2012 et 2020 compte tenu de la forte demande et du faible taux de chômage, ainsi que le départ à la retraite de 6 900 travailleurs. Le secteur devra donc recruter quelque 16 000 travailleurs au cours de la prochaine décennie pour répondre à ses besoins. Pour y arriver, il doit accorder la priorité aux efforts de recrutement soutenus auprès de sources variées, notamment les jeunes travailleurs, les femmes, les Autochtones, les travailleurs des autres secteurs et les immigrants.

« Les marchés du travail continueront d’être serrés et les intervenants miseront sur l’apprentissage, la formation au sein de l’industrie et l’immigration pour répondre aux besoins », affirme le premier vice-président de la Winnipeg Construction Association, Ron Hambley. « Le secteur doit continuer de donner la priorité à des programmes semblables puisque la construction devra soutenir la concurrence des autres secteurs et des autres régions pour les travailleurs. »

Le CSC dévoile, chaque année, des prévisions de main-d’œuvre pour neuf ans à la suite de consultations menées auprès des dirigeants de l’industrie, notamment les propriétaires, les entrepreneurs et les organismes syndicaux, ainsi que les gouvernements et les établissements d’enseignement.

Les rapports nationaux et régionaux seront affichés en ligne à www.csc-ca.org en mars et en avril. Les données de prévisions sont également affichées à www.constructionforecasts.ca. Le site Web offre un accès immédiat aux données relatives aux investissements dans les secteurs résidentiel et non résidentiel du secteur de la construction, ainsi que des détails sur l’offre et la demande dans une trentaine de métiers spécialisés et de professions au cours des neuf prochaines années. On y trouve aussi une répartition par province et par région.

Le Conseil sectoriel de la construction (CSC) est un organisme national dirigé par l’industrie et engagé dans le développement d'une main-d'œuvre hautement qualifiée qui répondra aux futurs besoins du secteur de la construction au Canada. Le Conseil est financé par le gouvernement du Canada par l’entremise du Programme des conseils sectoriels.

RENSEIGNEMENTS :

Dave Martin
Allied Hydro Council of Manitoba
204-782-3832

Rosemary Sparks
Conseil sectoriel de la construction
905-852-9186

Le secteur de la construction de la Colombie-Britannique pourra répondre à ses besoins en main-d’œuvre grâce à la formation et à la mobilité des travailleurs

Mars 6, 2012

VANCOUVER (C.-B.) – Au cours des dix prochaines années, les besoins en main-d’œuvre dans le secteur de la construction varieront selon les régions et les secteurs en Colombie-Britannique. Tout au long de la période, les marchés de la construction seront marqués par l’augmentation prévue des investissements dans les secteurs industriel et du génie civil. La tendance générale favorise des niveaux d’emploi près des valeurs records.

Le Conseil sectoriel de la construction (CSC) vient à peine de dévoiler de nouvelles prévisions de l’offre et de la demande de main-d’œuvre que les intervenants du secteur s’en servent déjà dans le cadre de leurs efforts de planification.

« Pour répondre à ses besoins, le secteur doit miser sur la mobilité et la souplesse de la main-d’œuvre ainsi que sur la formation de travailleurs qualifiés », d’expliquer le président de la Construction Labour Relations Association of BC, Clyde Scollan. « À mesure que les conditions changeront, l’activité accrue présentera de nouvelles possibilités ainsi que des défis au secteur de la construction de la Colombie-Britannique. »

D’après le nouveau rapport intitulé Construire l'avenir, Points saillants 20122020 pour Colombie-Britannique, le travail dans le secteur non résidentiel sera réparti de façon inégale entre les régions : la croissance sera plus forte dans le nord de la province au cours des années à venir tandis que dans le sud, le travail dans la construction commerciale, institutionnelle et des ouvrages de génie civil sera plus faible.

« Le secteur doit miser sur la mobilité des travailleurs pour répondre aux besoins en main-d’œuvre, notamment les déplacements régionaux de travailleurs au sein même de la province, du sud au nord, ainsi que la venue de travailleurs de l’extérieur de la province ou du pays pour répondre aux besoins en périodes de pointe », d’ajouter M. Scollan.  « Le secteur doit avoir recours à la formation des travailleurs à court et à long terme pour répondre aux besoins en main-d’œuvre des projets industriels et de génie civil dans les régions éloignées. »

Dans le secteur résidentiel, le rapport prévoit que l’emploi connaîtra une croissance régulière entre 2012 et 2020.

« À la fin de la décennie, on observera un renouveau en raison d’une plus forte croissance démographique, d’un nombre accru de nouveaux ménages et de nouvelles habitations », affirme la présidente-directrice générale de l’Association canadienne des constructeurs d'habitations (Colombie-Britannique), MJ Whitemarsh.

« Le secteur doit poursuivre ses efforts afin que les travailleurs actuels et les nouveaux venus possèdent les compétences requises pour maintenir la productivité de l’industrie », dit-elle.

D’après le rapport, le secteur de la construction de la province devra pourvoir 11 000 postes en raison d’une activité accrue et trouver 33 200 autres travailleurs pour remplacer les personnes qui doivent prendre leur retraite. Au cours de la prochaine décennie, le secteur devra donc recruter plus de 44 000 travailleurs pour répondre à ses besoins. Pour y arriver, il doit accorder la priorité à ses efforts de recrutement soutenus auprès de sources variées, notamment les jeunes travailleurs, les Autochtones, les femmes, les travailleurs des autres secteurs et les immigrants.
Le CSC dévoile, chaque année, des prévisions de main-d’œuvre pour neuf ans à la suite de consultations menées auprès des dirigeants de l’industrie, notamment les propriétaires, les entrepreneurs et les organismes syndicaux, ainsi que les gouvernements et les établissements d’enseignement.

Les rapports nationaux et régionaux peuvent être consultés en ligne à www.csc-ca.org. Les données de prévisions sont également affichées à www.previsionsconstruction.ca. Les prévisions offrent un accès immédiat aux données relatives aux investissements dans les secteurs résidentiel et non résidentiel du secteur de la construction, ainsi que des renseignements détaillés sur l’offre et la demande dans une trentaine de métiers spécialisés et de professions au cours des neuf prochaines années. On y trouve aussi une répartition par province et par région.

Le Conseil sectoriel de la construction (CSC) est un organisme national dirigé par l’industrie et engagé dans le développement d'une main-d'œuvre hautement qualifiée qui répondra aux futurs besoins du secteur de la construction au Canada. Le Conseil est financé par le gouvernement du Canada par l’entremise du Programme des conseils sectoriels.

RENSEIGNEMENTS :

Clyde Scollan
Construction Labour Relations Association of BC
604-802-0856

Rosemary Sparks
Conseil sectoriel de la construction
905-852-9186

Le secteur de la construction de la Saskatchewan enregistre une croissance de l’emploi record

Février 27, 2012

REGINA – La Saskatchewan est la province qui connaît la plus forte croissance de l’emploi dans le secteur de la construction au pays. Cependant, même si elle a attiré plus de nouveaux travailleurs que la plupart des autres provinces, les dirigeants de l’industrie estiment qu’il sera toujours difficile de satisfaire les besoins en main-d’œuvre au cours de la prochaine décennie.

« La Saskatchewan doit continuer à attirer un grand nombre de travailleurs qualifiés pour répondre à la demande du marché et les conserver, ce qui pourrait poser un défi de taille », affirme le président de la Saskatchewan Construction Association, Michael Fougere. « Nous avons réussi à attirer des travailleurs des autres secteurs et des autres provinces, mais nous devons poursuivre nos efforts en vue de recruter et de conserver des travailleurs qualifiés par le biais des programmes d’apprentissage, de la formation dans le secteur et de l’immigration. »

M. Fougere réagissait ainsi aux prévisions de l’offre et de la demande de main-d’œuvre dans le secteur de la construction publiées par le Conseil sectoriel de la construction (CSC). D’après le rapport, la main-d’œuvre du secteur de la construction a connu une augmentation de près de 70 % depuis 2001. Selon les prévisions, la demande continuera de croître au cours des années à venir. « Cela nous pose un défi de taille parce que d’autres projets liés aux ressources rechercheront au même moment ces mêmes travailleurs qualifiés partout au Canada. »

D’après le rapport Construire l'avenir, Évaluation du marché du travail de la construction pour la Saskatchewan de 2012 à 2020, les grands projets de construction dans les secteurs miniers et des services publics connaîtront la croissance la plus forte, mais l’emploi augmentera dans tous les secteurs. « Contrairement aux autres provinces, l’activité liée à la rénovation et à la construction d’habitations neuves devrait se poursuivre à un rythme régulier jusqu’en 2020 », d’expliquer le président de l’Association canadienne des constructeurs d'habitations (Saskatchewan), Alan Thomarat. « Certains s’inquiètent de la demande éventuelle de travailleurs qualifiés en raison des départs à la retraite et de la concurrence des autres provinces en matière de main-d’œuvre. L’ensemble du secteur de la construction a décidé de prendre les devants dans les domaines du recrutement, de la conservation, de la formation et du développement de la main-d’œuvre. »

En Saskatchewan, le nombre de travailleurs de la construction est passé d’environ 23 000 en 2001 à quelque 37 500 travailleurs en 2011. L’activité sur les grands projets atteindra un sommet en 2013. Par la suite, la main-d’œuvre diminuera pour atteindre une moyenne de 35 000 travailleurs jusqu’à la fin de la période, un nombre beaucoup plus élevé que les niveaux historiques.

« Il s’agit là d’un niveau d’activité sans précédent pour notre province. Nous devons pouvoir compter sur un nombre suffisant de travailleurs qualifiés aujourd’hui et dans l’avenir », affirme le directeur commercial du Saskatchewan Provincial Building & Construction Trades Council, Terry Parker. Au moment où l’activité atteindra un sommet, ajoute-t-il, le secteur fera face également à la perte des travailleurs qualifiés qui doivent prendre leur retraite au cours des dix prochaines années. D’après le CSC, 6 600 travailleurs, soit 18 % de la main-d’œuvre actuelle, pourraient prendre leur retraite.

Le CSC dévoile, chaque année, des prévisions de main-d’œuvre pour neuf ans à la suite de consultations menées auprès des dirigeants de l’industrie, notamment les propriétaires, les entrepreneurs et les organismes syndicaux, ainsi que les gouvernements et les établissements d’enseignement.

Les rapports nationaux et régionaux seront affichés en ligne à www.csc-ca.org en février et en mars. Les données de prévisions sont également affichées à www.previsionsconstruction.ca. Les prévisions offrent un accès immédiat aux données relatives aux investissements dans les secteurs résidentiel et non résidentiel du secteur de la construction, ainsi que des détails sur l’offre et la demande dans une trentaine de métiers spécialisés au cours des neuf prochaines années. On y trouve aussi une répartition par province et par région.

Le Conseil sectoriel de la construction (CSC) est un organisme national dirigé par l’industrie et engagé dans le développement d'une main-d'œuvre hautement qualifiée qui répondra aux futurs besoins du secteur de la construction au Canada. Le Conseil est financé par le gouvernement du Canada par l’entremise du Programme des conseils sectoriels.

RENSEIGNEMENTS :

Warren Douglas
Construction Labour Relations Association of Saskatchewan
306-352-7909

Rosemary Sparks
Conseil sectoriel de la construction
905-852-9186

Les dirigeants du secteur de la construction dévoilent de nouvelles prévisions pour la Saskatchewan

Février 24, 2012

REGINA (SASKATCHEWAN) – Des dirigeants du secteur de la construction dévoileront les points saillants des nouvelles prévisions relatives à l’offre et à la demande de main-d’œuvre d’ici à 2020. Le rapport intitulé Construire l'avenir : une évaluation des marchés du travail dans le secteur de la construction de la Saskatchewan de 2012 à 2020 a été préparé par le Conseil sectoriel de la construction en collaboration avec le secteur et d’autres intervenants. On y trouve un aperçu des investissements à venir dans le secteur ainsi qu’une répartition des besoins en main-d’œuvre par métier.

Quand?  Lundi 27 février 2012, à 10 h
Où?       Saskatchewan Construction Association, 1939 rue Elphinstone (salle de conférence), Regina
Qui?       Les porte-parole seront :

  • Warren Douglas, directeur général, Construction Labour Relations Association of Saskatchewan Inc. – Présentations
  • Michael Fougere, président, Saskatchewan Construction Association – Construction non résidentielle
  • Alan Thomarat, président-directeur général, Association canadienne des constructeurs d’habitations (Saskatchewan) – Construction résidentielle
  • Paul McLellan, administrateur, Conseil sectoriel de la construction, et président-directeur général d’Alliance Energy Ltd. – Perspectives nationales

RENSEIGNEMENTS :

Warren Douglas
Secrétariat
Conseil sectoriel de la construction Saskatchewan
306-352-7909

Rosemary Sparks
Conseil sectoriel de la construction
905-852-9186

320 000 travailleurs de la construction recherchés au cours de la prochaine décennie : on devra miser sur la mobilité et sur toutes les sources de main-d’œuvre disponibles pour répondre aux besoins

Juin 21, 2011

OTTAWA – L’industrie canadienne de la construction aura besoin d'environ 320 000 travailleurs au cours des neuf prochaines années pour satisfaire la demande de construction nouvelle et remplacer les départs à la retraite et les travailleurs décédés.

Selon les prévisions nationales 2011-2019 de l'offre et de la demande que vient de rendre publiques le Conseil sectoriel de la construction, l’industrie aura de plus en plus de difficulté à recruter un nombre suffisant de travailleurs qualifiés en raison du ralentissement de la croissance démographique au Canada et de la demande croissante venant des grands projets de construction dans le domaine des ressources naturelles.

Les dirigeants de l'industrie sont prêts à relever ce défi. « Nous ne ménageons aucun effort pour étendre nos efforts de recrutement aux sources de main-d’œuvre non traditionnelles, comme les jeunes, les femmes, les Autochtones, les travailleurs des autres industries et les travailleurs étrangers », affirme le directeur général du Conseil sectoriel de la construction (CSC), George Gritziotis. « Nous participons à des programmes mis en œuvre par les gouvernements et par l'industrie dans les domaines du recrutement, de l'apprentissage et de la formation, de la reconnaissance professionnelle, des normes pancanadiennes et de la reconnaissance des titres de compétences étrangers. »

D’après les prévisions, l’arrivée de 163 000 nouveaux travailleurs dans le secteur permettra de satisfaire la moitié des besoins en main-d’œuvre au cours de la période de 2011 à 2019. Il faudra donc combler un déficit de 157 000 travailleurs, soit une moyenne de 15 000 travailleurs par année pendant neuf ans.

L’évolution démographique freine la croissance en restreignant la main-d’œuvre disponible et le nombre de mises en chantier. Pendant ce temps, les gouvernements et l’industrie mettent au point de grands projets dans le domaine des ressources pour répondre à la demande intérieure et mondiale.

Dans la mesure du possible, les dirigeants de l’industrie tentent également de gérer l'offre et la demande de main-d’œuvre en encourageant la mobilité interprovinciale.

« Les grands projets lancés de Terre-Neuve-et-Labrador à la Colombie-Britannique auront des répercussions sur toutes les provinces parce qu’ils attireront un grand nombre de métiers-clés avant de s'en départir à la fin », explique M. Gritziotis. « À la fin de la période visée par les prévisions, dit-il, on verra sans doute un rééquilibrage des marchés lorsque le projet des services publics de la région du Grand Toronto et les grands projets de l’Alberta attireront les travailleurs des grands projets achevés dans les autres provinces. »

Dans la plupart des provinces, les prévisions indiquent une diminution de l’emploi dans la construction résidentielle, mais une croissance stable et modeste dans le domaine des rénovations et des réparations.

Le CSC dévoile, chaque année, des prévisions de main-d’œuvre pour neuf ans à la suite de consultations menées auprès des dirigeants de l’industrie, notamment les propriétaires, les entrepreneurs et les organismes syndicaux, ainsi que les gouvernements et les établissements d’enseignement.

Les prévisions fondées sur les scénarios nationaux et régionaux sont dévoilées chaque année et affichées en ligne à www.csc-ca.org. Les données des prévisions sont également affichées à www.previsionsconstruction.ca. Les prévisions offrent un accès immédiat aux données relatives aux investissements dans les secteurs résidentiel et non résidentiel du secteur de la construction, ainsi que des détails sur l’offre et la demande dans une trentaine de métiers spécialisés au cours des neuf prochaines années. On y trouve aussi une répartition par province et par région.

Le CSC est un organisme national, dirigé par l’industrie et engagé dans le développement d'une main-d'œuvre hautement qualifiée qui répondra aux futurs besoins de l’industrie de la construction au Canada. Il est financé par le gouvernement du Canada dans le cadre du Programme des conseils sectoriels.

RENSEIGNEMENTS :

Rosemary Sparks
Conseil sectoriel de la construction
905-852-9186

De grands projets de construction feront croître l'emploi en Ontario jusqu'en 2019

Mai 24, 2011

TORONTO – Des projets de construction industrielle et de services publics d'envergure pousseront l'emploi dans le secteur de la construction en Ontario à des niveaux quasi records au cours des prochaines années. La croissance de la construction se fera de façon constante jusqu'en 2019; cependant, les gains au chapitre de l'emploi ne seront pas répartis également à l'échelle de la province, ce qui entraînera une certaine instabilité dans les marchés de l'habitation régionaux.

Selon un nouveau rapport prévisionnel publié par le Conseil sectoriel de la construction (CSC), environ 60 000 nouveaux venus devraient se joindre à la main-­d'œuvre du secteur de la construction de la province au cours des neuf prochaines années. Toutefois, le secteur devra toute de même recruter quelque 100 000 nouveaux travailleurs pour répondre aux besoins en main-d'œuvre et remplacer les 73 000 travailleurs qui partiront à la retraite.

L'importance du marché de la construction de l'Ontario dissimule les incidences qu'ont les principaux projets sur les marchés régionaux de la construction, explique George Gritziotis, directeur général du CSC, qui constate que des cycles locaux dans le secteur de la construction d'habitations, ainsi que le début et la fin d'importants projets dans les secteurs industriel et des services publics, créeront des sommets et des creux distincts dans chaque région. « Mais ces changements seront dominés par les projets prévus pour la région du Grand Toronto », ajoute-­t­il.

Selon le rapport Construire l’avenir, Évaluation du marché du travail de la construction en Ontario de 2011 à 2019, les secteurs de la construction résidentielle et non résidentielle connaîtront tous deux une croissance graduelle, avec des projets industriels, commerciaux, institutionnels, miniers et de services publics comme principaux moteurs. Parmi les projets d'envergure, notons l'expansion des réseaux de transport en commun dans la région du Grand Toronto et dans certaines régions du centre de l'Ontario, la construction de nouvelles installations minières dans le nord de l'Ontario et la construction de nouvelles installations liées aux Jeux panaméricains de 2015. Le secteur non résidentiel sera également stimulé par des investissements dans des projets d'infrastructures énergétiques, visant entre autres les centrales nucléaires.

« La demande de travailleurs compétents des métiers et des professions de la construction devrait croître au cours des neuf prochaines années, selon Mark Arnone, vice-­président, Refurbishment Execution, Ontario Power Generation, surtout en ce qui concerne les travailleurs de centrales nucléaires, qui sont particulièrement difficiles à recruter. »

« À l'avenir, il faudra s'assurer que le recrutement ainsi que la formation technique et en sécurité demeureront prioritaires, affirme Patrick Dillon, directeur des opérations et secrétaire-­trésorier, Provincial Building and Construction Trades Council of Ontario. La santé du secteur repose sur l'offre d'un nombre suffisant de travailleurs compétents et qualifiés, et nous déployons tous nos efforts en conséquence. »

Chaque année, le CSC publie un rapport prévisionnel sur les besoins en main­-d'œuvre par province, et ce, pour les neuf prochaines années, après consultations auprès des chefs du secteur, notamment des propriétaires, des entrepreneurs et des groupes syndicaux ainsi que des gouvernements et des établissements d'enseignement. Le rapport de l'Ontario présente les éléments détaillés de l'offre et de la demande de main­-d'œuvre dans les cinq régions de la province : la région du Grand Toronto, le centre de l’Ontario, le nord de l’Ontario, l’est de l’Ontario et le sud­ouest de l'Ontario.

Les prévisions établies à l'échelle nationale et provinciale sont publiées une fois par année et accessibles en ligne, au www.csc-ca.org. Des données prévisionnelles sont aussi accessibles en ligne, au www.previsionsconstruction.ca. On y trouve un accès instantané aux renseignements sur les investissements dans la construction résidentielle et non résidentielle, ainsi qu'aux éléments détaillés de l'offre et de la demande dans plus de 30 métiers et professions pour les neuf prochaines années, et ce, par province et par région.

Le CSC est un organisme national dirigé par le secteur et voué au développement d'une main-­d'œuvre hautement qualifiée qui saura répondre aux besoins futurs du secteur de la construction au Canada; il est financé par le Programme des conseils sectoriels du gouvernement du Canada.

RENSEIGNEMENTS :

Rosemary Sparks
Conseil sectoriel de la construction
(905) 852-9186

Un nouvel outil pour aider le secteur de la construction à établir le contact avec les travailleurs immigrants

Mai 16, 2011

OTTAWA – Pour faire face à la diminution de la main-­d'œuvre dans le secteur de la construction, le Conseil sectoriel de la construction (CSC) met à la disposition des leaders de l'industrie des ressources pour les aider à entrer en contact avec les travailleurs immigrants et ainsi répondre aux besoins croissants en main-­d'œuvre.

« Le secteur croît de façon constante, néanmoins, au cours des prochaines décennies, un quart des travailleurs partiront à la retraite », explique George Gritziotis, directeur général du CSC, en se reportant aux derniers rapports prévisionnels Construire l'avenir de l'organisation.

« Bien qu'un bassin croissant de travailleurs immigrants qualifiés soit disponible, le recrutement et la rétention de ces travailleurs posent parfois des difficultés aux employeurs », précise-t-il.

Entre autres choses, un nouveau guide a été préparé pour aider les employeurs et les autres intervenants du milieu des ressources humaines à s'orienter parmi les programmes gouvernementaux et à évaluer les titres de compétences étrangers, et pour aider les travailleurs immigrants à faire valoir leurs meilleurs atouts lorsqu'ils cherchent du travail dans le secteur de la construction.

La Feuille de route des employeurs en construction explique aux employeurs le rôle joué par les agences d'embauche et les consultants en immigration et donne un aperçu des programmes d'immigration du Canada et des différents parcours que peuvent emprunter les résidents permanents ou temporaires et les travailleurs de l'extérieur du Canada. Cette feuille de route contient aussi des conseils sur la façon d'évaluer adéquatement l'expérience acquise dans d'autres pays, de présenter des offres d'emploi, de concevoir des programmes d'orientation et de conserver les travailleurs.

Ce guide, financé par le Bureau d'orientation relatif aux titres de compétences étrangers et par Emploi et Immigration Canada, est offert en format papier ainsi qu’en version électronique contenant des liens vers d'autres ressources et sites Web pratiques.
 
« Le gouvernement du Canada est fier d'appuyer le travail du Conseil sectoriel de la construction, car nous savons que, dans les quelques prochaines années, la croissance de la main­d'œuvre canadienne découlera principalement de l'immigration, explique Jason Kenney, ministre de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme. Il est donc primordial d'attirer et de conserver les meilleurs talents à l'échelle internationale pour surmonter les difficultés présentes et futures sur le marché du travail et ainsi assurer notre réussite économique. »

« Les travailleurs immigrants peuvent procurer de nombreux avantages au secteur, comme la capacité de parler plusieurs langues, la connaissance de nouvelles cultures et un réseau de relations. Ces avantages peuvent aider les employeurs à se démarquer sur les nouveaux marchés », explique M. Gritziotis.

« En accédant aux bons outils d'intégration, les travailleurs immigrants pourront soutenir l'un des principaux secteurs d'activité du Canada pour les années à venir. »

Le CSC est un partenaire national du secteur et du gouvernement, financé par le Programme des conseils sectoriels du gouvernement du Canada. Pour obtenir des précisions sur le présent communiqué et sur les produits et services du CSC, consultez le www.csc-ca.org.

RENSEIGNEMENTS :

Rosemary Sparks
Conseil sectoriel de la construction
(416) 271-2633
Cell. (613) 266-4230

Les dirigeants de la construction se préparent à faire face à une période de croissance et de diminution de la population dans la région de l’Atlantique

Avril 19, 2011

Ottawa – L’industrie de la construction de la région de l’Atlantique connaîtra une période de croissance modérée à record pendant de nombreuses années. L’attention se portera surtout sur Terre-Neuve-et-Labrador où le lancement accéléré de grands projets industriels, de ressources et de services publics mettra l’industrie au défi de satisfaire la demande de postes et de travailleurs spécialisés dans le secteur non résidentiel. Une population restreinte et une croissance de la population active dans l’ensemble de l’Atlantique peuvent rendre difficile la gestion des besoins en main-d’œuvre au cours des périodes de pointe de ces projets.

Au Nouveau-Brunswick, l’emploi dans le secteur de la construction a atteint un niveau record en 2010, soit une augmentation de 25 % par rapport à 2008. Toutefois, l’emploi devrait diminuer au cours des années qui viennent à mesure que les projets actuels prendront fin dans les années qui viennent.

En Nouvelle-Écosse, l’industrie de la construction connaîtra une croissance modérée, d’après les prévisions. L’emploi dans le secteur non résidentiel a atteint un record en 2010. D’après les prévisions, il devrait se maintenir au niveau actuel jusqu’en 2013. Par la suite, les activités diminueront en raison de la fin des grands projets industriels et de génie civil.

À l’Île-du-Prince-Édouard, le niveau d’activités du secteur de la construction est plus élevé que dans le passé. Les projets industriels et de génie civil génèrent les gains d’emploi les plus élevés en provoquant des hausses pouvant atteindre 30 % dans certains métiers et professions.

Voilà quelques-uns des faits saillants des plus récentes prévisions de neuf ans de l’offre et de la demande de main-d’œuvre dévoilées par le Conseil sectoriel de la construction (CSC). D’après le document intitulé Construire l'avenir, Évaluation du marché du travail de la construction au Canada Atlantique de 2011 à 2019, les travailleurs devront faire preuve de mobilité, partout dans la région, pour satisfaire la demande des grands projets. Il se peut même qu’on doive recruter des travailleurs à l’extérieur de la région. De plus, les tendances démographiques à long terme indiquent que l’industrie devra s’efforcer d’attirer de nouveaux travailleurs et, ce, même pendant les périodes de croissance restreinte de l’emploi.

 « Ces fluctuations de la main-d’œuvre exigent des efforts de gestion considérables parce qu’elles sont observées dans une économie régionale où les travailleurs sont plus âgés et la population est en baisse », explique le président de John Flood and Sons (1961) Ltd., Tim Flood. On s’attend à ce qu’environ 17 000 travailleurs, soit 26 % de la main-d’œuvre actuelle de la construction de la région, prennent leur retraite au cours de la période visée par les prévisions.

« En plus de l’appui offert aux projets de formation et de recrutement, en particulier les campagnes visant à attirer et à conserver les jeunes de la région, l’industrie mise sur plusieurs autres initiatives pour combler le déficit, y compris l'embauche d'un plus grand nombre de femmes, d'Autochtones et d'immigrants temporaires et permanents », souligne M. Flood.

« Dans les quatre provinces, il se peut que les cycles de construction leur permettent de profiter de la mobilité interprovinciale », ajoute le directeur général du Newfoundland & Labrador Building and Construction Trades Council, Dave Wade. « À l’avenir, on devra miser sur la collaboration régionale pour satisfaire les besoins en main-d’œuvre. »

Les rapports Construire l'avenir aident l’industrie, les fournisseurs de formation et les décideurs gouvernementaux à satisfaire les besoins en main-d’œuvre. Les prévisions sont dévoilées une fois l'an à la suite de consultations menées auprès des dirigeants de l’industrie, notamment les propriétaires, les entrepreneurs et les organismes syndicaux, ainsi que les gouvernements et les établissements d’enseignement.
Le CSC est un organisme national, dirigé par l’industrie et engagé dans le développement d'une main-d'œuvre hautement qualifiée qui répondra aux futurs besoins de l’industrie de la construction au Canada. Il est financé par le gouvernement du Canada dans le cadre du Programme des conseils sectoriels.

Les prévisions affichées à www.previsionsconstruction.ca fournissent un accès immédiat aux renseignements sur la disponibilité des travailleurs de métier ainsi qu’aux données sur les investissements dans le secteur non résidentiel de la construction.

RENSEIGNEMENTS :

Rosemary Sparks
Conseil sectoriel de la construction
905-852-9186

Une croissance accélérée de huit ans pour l’industrie de la construction du Manitoba

Avril 19, 2011

WINNIPEG – L’industrie de la construction du Manitoba connaîtra une croissance stable pendant plusieurs années. L’emploi qui atteindra un sommet en 2014 demeurera élevé jusqu’en 2019. Selon de nouvelles prévisions du document Construire l’avenir, Évaluation du marché du travail de la construction au Manitoba de 2011 à 2019 du Conseil sectoriel de la construction (CSC), la croissance vient d’une solide reprise de la construction résidentielle et des projets d’hydro-électricité.

On estime que l’emploi devrait connaître une augmentation de plus de 20 % entre 2011 et 2014 et que la demande sera serrée pour les chaudronniers, les menuisiers, les évaluateurs, les gestionnaires, les mécaniciens de chantier et les électriciens. Dans d’autres métiers, notamment ceux d’opérateur d’équipement lourd et de camionneur, on devra s’adapter à la fin des projets routiers financés par les mesures de stimulation et par le lancement de projets de services publics.

Selon le président de l’Association des constructeurs d’habitations du Manitoba, Michael Moore, le grand nombre de nouveaux venus dans la province explique la croissance des investissements dans le secteur résidentiel. Celle-ci devrait se maintenir au cours de la période visée par les prévisions. « Le rythme de la croissance résidentielle rend le recrutement difficile, surtout dans les professions et métiers participant à la construction neuve, comme les menuisiers, les électriciens, les plâtriers et les plombiers », dit-il. « Grâce à des outils de prévision comme celui-ci, nous pouvons planifier l’offre et la demande de main-d’œuvre et mieux la gérer. »

D’après le rapport, quelque 6 000 nouveaux travailleurs se joindront à l’industrie de la construction, mais on enregistra 6 400 départs à la retraite au cours de la même période. Lorsqu’on tient compte de la nouvelle construction, il faudra recruter environ 4 600 travailleurs à l’extérieur du marché local.

« Il faudra attirer des travailleurs qualifiés des autres industries et des autres provinces et soutenir la concurrence pour y arriver. Cela démontre qu’il faut continuer à promouvoir les carrières auprès des jeunes, des femmes, des Autochtones et des immigrants », explique le directeur de McCaine Electric Ltd., John Schubert. « Nous devons également offrir plus de cours de formation et de programmes d’apprentissage et les modifier pour attirer ces travailleurs. »

Le CSC compile, chaque année, des scénarios de prévisions de main-d’œuvre sur neuf ans et pour chaque province à la suite de consultations menées auprès des dirigeants de l’industrie, notamment les entrepreneurs, les propriétaires et les organismes syndicaux, ainsi que les gouvernements et les établissements d’enseignement.

Les prévisions fondées sur les scénarios nationaux et régionaux sont dévoilées chaque année et sont affichées en ligne à www.csc-ca.org. Les données de prévisions sont également affichées à www.previsionsconstruction.ca. Le site offre un accès immédiat aux données relatives aux investissements dans les secteurs résidentiel et non résidentiel de la construction, ainsi que des détails sur l’offre et la demande dans une trentaine de métiers spécialisés au cours des neuf prochaines années. On y trouve aussi une répartition par province et par région.

Le CSC est un organisme national, dirigé par l’industrie et engagé dans le développement d’une main-d’œuvre hautement qualifiée qui répondra aux futurs besoins de l’industrie de la construction au Canada. Il est financé par le gouvernement du Canada dans le cadre du Programme des conseils sectoriels.

RENSEIGNEMENTS :

Rosemary Sparks
Conseil sectoriel de la construction
905-852-9186

Pages