Accueil » Nouvelles et médias » Communiqués de presse

Communiqués de presse

De nouvelles pertes d’emplois attendues avant que le secteur de la construction de l’Alberta se rétablisse

Janvier 31, 2018

Ottawa – D’ici 2019, jusqu’à 5 200 emplois seront perdus dans le secteur de la construction de l’Alberta, en raison de la fin des grands projets et de l’incidence toujours bien présente de la baisse du prix du pétrole. Selon les dernières prévisions sur le marché du travail publiées par ConstruForce Canada aujourd’hui, les réductions marquées en matière de main-d’œuvre sont maintenant chose du passé.

« On entrevoit des signes d’une plus vaste reprise; les marchés du travail s’adaptent et de nouvelles occasions d’emploi se présentent, a déclaré Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada. La croissance de l’emploi dans la construction de nouvelles habitations et dans la rénovation, ainsi que dans les travaux saisonniers de fermeture d’usines et d’entretien, devrait permettre de compenser une partie des pertes d’emplois à court terme. »

Les prévisions du rapport Regard prospectif – Construction et maintenance 2018–2027 de ConstruForce Canada reflètent l’incidence de l’incertitude persistante quant au prix du pétrole. En effet, on ne prévoit aucun nouveau grand projet pour l’instant. À mesure que les projets en cours prendront fin, l’emploi dans la construction d’ouvrages de génie civil diminuera. La croissance dans la construction non résidentielle rebondira en 2019, puis de nouveau en 2024 grâce à la reprise de l’investissement dans le secteur pétrolier et gazier. Le secteur de la construction non résidentielle de l’Alberta continuera de se diversifier, et la construction d’immeubles commerciaux et institutionnels devrait reprendre cette année et croître de façon constante au cours de la décennie. Cela devrait entraîner une croissance modérée de l’emploi l’an prochain et à moyen terme, parallèlement à la reprise constante dans la construction de nouvelles habitations et de la hausse continue dans les travaux de rénovation. À court terme, des besoins liés aux travaux d’entretien ou de fermeture d’usines plus élevés que la normale exigeront le recours à des milliers de travailleurs de métiers spécialisés, ce qui pourrait engendrer des difficultés sur le plan du recrutement pendant les périodes de pointe au printemps et à l’automne prochains. L’emploi total en construction devrait diminuer cette année, avant qu’une plus vaste reprise de la croissance s’amorce plus tard dans la période de prévision, suscitant la création de 8 300 emplois d’ici 2027.

En outre, le rapport de ConstruForce Canada fait état de ce qui suit :

  • La croissance dans la construction de nouvelles habitations et dans la rénovation devrait mener à la création de 4 500 emplois (hausse de 6 %), ce qui ramènera l’emploi dans la construction résidentielle aux niveaux de 2014 en 2021.
  • Compte tenu de la reprise dans le secteur des sables bitumineux, jusqu’à 2 500 emplois seront rétablis d’ici 2027.
  • Jusqu’à 40 000 travailleurs, ou 19 % de la main-d’œuvre, devraient prendre leur retraite au cours des dix prochaines années.

« Le remplacement de la main-d’œuvre vieillissante du secteur de la construction de la province demeure un besoin constant, a ajouté M. Ferreira. Cela exigera une planification proactive et des initiatives de formation et de recrutement constantes pendant les cycles haussiers et baissiers du secteur. »

ConstruForce Canada est une organisation nationale menée par l’industrie et représentant tous les secteurs de l’industrie canadienne de la construction. Il a pour mandat de fournir en temps opportun de l’information exacte et des analyses sur le marché du travail et d’offrir des programmes et des initiatives pour faire en sorte que la main-d’œuvre canadienne de la construction et de la maintenance puisse répondre à la demande, renforcer sa capacité et acquérir les compétences requises. Visitez le www.previsionsconstruction.ca.

Renseignements : Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada, par courriel, à Ferreira@buildforce.ca, ou par téléphone, au 613 569-5552, poste 222.

Financé par le Programme d’appui aux initiatives sectorielles du gouvernement du Canada.

La hausse des départs à la retraite créera des occasions pour la main-d’œuvre du secteur de la construction de l’Île-du-Prince-Édouard

Janvier 31, 2018

Ottawa – Selon les dernières prévisions sur le marché du travail publiées par ConstruForce Canada aujourd’hui, le vieillissement rapide de la main-d’œuvre, les taux d’immigration accrus et une hausse dans la construction d’immeubles institutionnels et commerciaux devraient favoriser la croissance de l’emploi du secteur de la construction de l’Île-du-Prince-Édouard au cours de la prochaine décennie.

« Il faudra trouver jusqu’à 1 300 nouveaux travailleurs de la construction pour compenser les départs à la retraite au cours des dix prochaines années, a déclaré Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada. À mesure que le bassin de jeunes travailleurs rétrécira, les nouveaux Canadiens, les travailleurs d’autres secteurs et les groupes sous-représentés, notamment les Autochtones et les femmes, devront jouer un rôle de plus en plus important dans la constitution de la main-d’œuvre de la construction de la province. »

Selon le rapport Regard prospectif – Construction et maintenance 2018–2027 de ConstruForce Canada, l’élan suscité par une année record pour les mises en chantier en 2017 se maintiendra cette année avant que la construction dans le secteur résidentiel diminue. La rénovation résidentielle et les travaux d’entretien devraient également continuer de croître de façon constante, tout comme l’activité dans la construction d’immeubles commerciaux et institutionnels, ce qui devrait faire augmenter l’emploi connexe de 34 % au cours de la décennie. L’activité de construction en génie civil devrait ralentir cette année en raison de l’achèvement du projet de Maritime Electric, avant d’augmenter de nouveau plus tard dans la période de prévision. En 2027, l’emploi total en construction devrait être environ 4 % plus élevé que les niveaux actuels.

En outre, le rapport de ConstruForce Canada fait état de ce qui suit :

  • Jusqu’à 22 % de la main-d’œuvre de la construction devrait prendre sa retraite au cours de la prochaine décennie.
  • L’emploi dans le secteur non résidentiel devrait avoir augmenté de 17 % à la fin de la décennie et comptera 400 emplois de plus.
  • L’emploi dans le secteur résidentiel diminuera, puis il augmentera après 2023. À la fin de la période de prévision, on comptera 200 travailleurs de moins.

« Au cours de la prochaine décennie, le principal moteur de l’emploi ne sera plus la construction de nouvelles habitations, mais la construction non résidentielle. La plupart des gains d’emplois sont prévus cette année; la mobilité des travailleurs entre les secteurs et les provinces sera donc essentielle afin de satisfaire les besoins en main-d’œuvre. »

ConstruForce Canada est une organisation nationale menée par l’industrie et représentant tous les secteurs de l’industrie canadienne de la construction. Il a pour mandat de fournir en temps opportun de l’information exacte et des analyses sur le marché du travail et d’offrir des programmes et des initiatives pour faire en sorte que la main-d’œuvre canadienne de la construction et de la maintenance puisse répondre à la demande, renforcer sa capacité et acquérir les compétences requises. Visitez le www.previsionsconstruction.ca.

Renseignements : Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada, par courriel, à Ferreira@buildforce.ca, ou par téléphone, au 613 569-5552, poste 222.

Financé par le Programme d’appui aux initiatives sectorielles du gouvernement du Canada.

La main-d’œuvre de la construction de l’Ontario sous pression en raison des grands projets

Janvier 31, 2018

Ottawa – Selon les dernières prévisions sur le marché du travail publiées par ConstruForce Canada aujourd’hui, la main-d’œuvre de la construction de l’Ontario devra s’accroître de plus de 100 000 travailleurs au cours de la prochaine décennie afin de suivre le rythme d’une série de grands projets et du départ à la retraite de près d’un travailleur sur cinq.

On s’attend à embaucher jusqu’à 15 000 nouveaux travailleurs au cours de la prochaine décennie, et plus particulièrement entre aujourd’hui et 2021.

« En raison d’importants projets de transports collectifs et de remise en état de centrales nucléaires, ainsi que de la récente accélération de l’activité dans la construction de nouvelles habitations, la main-d’œuvre en construction de la province travaille presque au maximum de sa capacité, a déclaré Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada. Il est rare de voir des niveaux d’activité aussi élevés dans les secteurs de la construction résidentielle et non résidentielle en même temps. »

Le rapport Regard prospectif – Construction et maintenance 2018–2027 de ConstruForce Canada prévoit que les besoins en main-d’œuvre du secteur de la construction à court terme continueront d’augmenter dans la plupart des régions, alors que les besoins liés aux grands projets de transport collectif, aux autres ouvrages de génie civil et à la construction d’immeubles ICI (industriels, commerciaux et institutionnels) devraient augmenter pour atteindre un sommet en 2020. D’importants projets, dont un pont international à Windsor, une nouvelle usine chimique à Sarnia, la remise en état de centrales nucléaires dans la région du Grand Toronto et dans le sud-ouest de l’Ontario et des projets de transport collectif dans la région du Grand Toronto, à Hamilton et à Ottawa, exerceront des pressions importantes sur la main-d’œuvre de la construction pendant une période prolongée. Même si la construction de nouvelles habitations devrait diminuer par rapport au rythme record atteint en 2017, l’emploi dans le secteur résidentiel devrait dépasser les niveaux de l’an dernier d’ici 2021, stimulé par la hausse dans les travaux de rénovation. Selon les prévisions, jusqu’à 87 000 travailleurs de la construction partiront à la retraite au cours des dix prochaines années.

« Huit travailleurs sur dix devraient être embauchés pour pourvoir les postes laissés vacants par les départs à la retraite au cours de la prochaine décennie, a ajouté M. Ferreira. En raison de l’ampleur de l’expansion en cours et du besoin de remplacer autant de travailleurs, il sera de plus en plus difficile de constituer la main-d’œuvre de la construction de la province. »

Prévisions de ConstruForce Canada, par région :

Région du Grand Toronto

  • On pourrait avoir besoin de 3 000 travailleurs au cours des deux prochaines années pour de grands projets du génie civil et d’infrastructures, notamment le réaménagement de l’autoroute Gardiner, la remise en état de la centrale nucléaire de Darlington et les projets de train léger sur rail (TLR) d’Eglinton Crosstown, de Finch et de Hurontario. L’emploi dans le secteur non résidentiel devrait augmenter de 7 400 emplois d’ici 2027, une hausse de 11 %.
  • Même si le rythme de la construction de nouvelles habitations devrait ralentir cette année, les besoins en main-d’œuvre augmenteront, stimulés par la croissance des projets de construction d’immeubles multifamiliaux de moyenne et de grande hauteur et les travaux de rénovation. Jusqu’à 8 800 emplois dans le secteur résidentiel seront créés, soit une hausse de 8 % par rapport aux niveaux actuels.

Sud-ouest de l’Ontario

  • L’activité de construction devrait augmenter à court terme, stimulé par les nouveaux investissements dans le secteur industriel et la hausse des besoins en main-d’œuvre dans la construction d’ouvrages de génie civil. L’emploi en construction devrait augmenter de 6 % d’ici 2020, ajoutant quelque 3 300 nouveaux emplois, avant de revenir aux niveaux actuels.
  • L’emploi dans le secteur résidentiel diminuera de 3 900 emplois d’ici la fin de la période de prévision, de pair avec le ralentissement de la construction de nouvelles habitations. Cette baisse ne sera que partiellement compensée par l’augmentation des travaux de rénovation et d’entretien.

Centre de l’Ontario

  • La construction d’immeubles non résidentiels deviendra une source stable d’emploi en construction au cours de la décennie, ajoutant jusqu’à 4 400 emplois, soit une hausse de 8 % par rapport aux niveaux actuels.
  • L’emploi en construction résidentielle devrait diminuer de 7 % d’ici 2019, avant de retourner graduellement aux niveaux actuels d’ici 2023.

Est de l’Ontario

  • La deuxième phase du projet de TLR et la hausse des investissements en infrastructures devraient faire augmenter l’emploi de 6 % vers un sommet à court terme en 2020, avant de diminuer à mesure que les projets prendront fin. À la fin de la décennie, l’emploi demeurera à peu près inchangé par rapport aux niveaux actuels.
  • L’emploi total dans le secteur résidentiel aura diminué de 2 500 emplois d’ici 2019, puis il augmentera vers un sommet à court terme en 2023. Il diminuera de nouveau par la suite. Les travaux de rénovation en hausse constante emploieront une part plus importante de la main-d’œuvre.

Nord de l’Ontario

  • Le démarrage prévu du projet de transport d’électricité Wataynikaneyap et d’autres projets d’infrastructures plus petits aideront à maintenir l’emploi à moyen terme.
  • Une reprise modérée dans la construction de nouvelles habitations et la croissance de l’activité de rénovation feront augmenter l’emploi jusqu’à un sommet en 2020. Les travaux de rénovation et d’entretien représenteront près de sept emplois sur dix dans le secteur résidentiel.

ConstruForce Canada est une organisation nationale menée par l’industrie et représentant tous les secteurs de l’industrie canadienne de la construction. Il a pour mandat de fournir en temps opportun de l’information exacte et des analyses sur le marché du travail et d’offrir des programmes et des initiatives pour faire en sorte que la main-d’œuvre canadienne de la construction et de la maintenance puisse répondre à la demande, renforcer sa capacité et acquérir les compétences requises. Visitez le www.previsionsconstruction.ca.

Renseignements : Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada, par courriel, à Ferreira@buildforce.ca, ou par téléphone, au 613 569-5552, poste 222.

Financé par le Programme d’appui aux initiatives sectorielles du gouvernement du Canada.

Le ralentissement de la construction au Manitoba aura une incidence sur la main-d’œuvre

Janvier 31, 2018

Ottawa – Selon les dernières prévisions sur le marché du travail publiées par ConstruForce Canada aujourd’hui, après plus d’une décennie d’expansion, l’activité et l’emploi en construction au Manitoba diminueront de façon constante à mesure que les grands projets prendront fin et que la construction de nouvelles habitations ralentira.

« Même si la main-d’œuvre en construction devrait diminuer de 7 % d’ici 2027, l’emploi demeurera près des niveaux records au cours de la décennie, a déclaré Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada. Après une décennie de forte croissance, les travaux d’entretien, de réinvestissement de maintien et de rénovation résidentielle entraîneront la création de nombreux nouveaux emplois, ce qui soutiendra la main-d’œuvre en construction au cours de la période. »

Le rapport Regard prospectif – Construction et maintenance 2018–2027 de ConstruForce Canada indique que la fin de grands projets d’hydroélectricité et d’autres travaux de services publics entraînera une baisse constante de l’emploi dans la construction d’ouvrages de génie civil jusqu’en 2023. Alors que l’investissement en hausse dans le secteur manufacturier stimulera l’investissement en construction d’immeubles industriels, commerciaux et institutionnels (ICI) cette année, ce dernier sera limité par le ralentissement de la croissance démographique par la suite, ce qui fera également diminuer les besoins en construction de nouvelles habitations d’ici 2024. L’emploi en construction devrait demeurer relativement élevé pendant la période de prévision, étant donné que les travaux d’entretien dans le secteur non résidentiel et de rénovation résidentielle continueront d’augmenter.

En outre, le rapport de ConstruForce Canada fait état de ce qui suit :

  • La croissance dans la rénovation résidentielle entraînera la création de 1 200 emplois, qui compenseront en partie la perte de 1 900 emplois dans la construction de nouvelles habitations.
  • L’emploi dans le secteur non résidentiel devrait diminuer de 1 900 emplois d’ici 2027.
  • Près de 19 % de la main-d’œuvre actuelle prendra sa retraite au cours des dix prochaines années.

« Il faudra trouver jusqu’à 8 200 nouveaux travailleurs au cours de la décennie pour compenser le départ à la retraite des travailleurs de la génération du baby-boom, a ajouté M. Ferreira. C’est le moment de concentrer les efforts de recrutement non seulement sur les jeunes et les immigrants qualifiés, mais également sur les groupes sous-représentés, notamment les Autochtones et les femmes. »

ConstruForce Canada est une organisation nationale menée par l’industrie et représentant tous les secteurs de l’industrie canadienne de la construction. Il a pour mandat de fournir en temps opportun de l’information exacte et des analyses sur le marché du travail et d’offrir des programmes et des initiatives pour faire en sorte que la main-d’œuvre canadienne de la construction et de la maintenance puisse répondre à la demande, renforcer sa capacité et acquérir les compétences requises. Visitez le www.previsionsconstruction.ca.

Renseignements : Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada, par courriel, à Ferreira@buildforce.ca, ou par téléphone, au 613 569-5552, poste 222.

Financé par le Programme d’appui aux initiatives sectorielles du gouvernement du Canada.

Le remplacement de milliers de travailleurs qui prendront leur retraite du secteur de la construction de la Nouvelle-Écosse ne sera pas une tâche facile

Janvier 31, 2018

Ottawa – Selon les dernières prévisions sur le marché du travail publiées par ConstruForce Canada aujourd’hui, il sera indispensable que le secteur de la construction de la Nouvelle-Écosse arrive à attirer, à former et à retenir la prochaine génération de travailleurs qualifiés afin de compenser le départ à la retraite d’environ 8 200 travailleurs au cours de la décennie.

« Le remplacement de près d’un quart de la main-d’œuvre en construction de la province, qui prévoit prendre sa retraite au cours des dix prochaines années, demandera un effort concerté, a déclaré Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada. Le fait que la Nouvelle-Écosse possède l’une des populations les plus âgées des provinces de l’Atlantique et un bassin décroissant de nouveaux venus compliquera également les choses. »

Selon le rapport Regard prospectif – Construction et maintenance 2018–2027 de ConstruForce Canada, comme les grands projets en cours prendront fin et que la construction de nouvelles habitations amorcera un cycle baissier au cours de la décennie, l’emploi sera soutenu par des niveaux stables dans la construction d’immeubles industriels, commerciaux et institutionnels (ICI), la hausse des besoins en entretien et la croissance modérée dans la rénovation résidentielle. L’achèvement de la ligne de transport d’énergie par voie maritime, du Centre des congrès à Halifax et du pont Macdonald pourrait entraîner une légère baisse de l’emploi en construction cette année. Toutefois, des projets liés à une nouvelle carrière de granite, à l’élargissement d’une autoroute et à d’autres infrastructures devraient maintenir l’emploi connexe.

En outre, le rapport de ConstruForce Canada fait état de ce qui suit :

  • La croissance modérée en rénovation résidentielle pourrait susciter la création de 800 emplois et compenser la plupart des diminutions dans la construction de nouvelles habitations. À la fin de la période de prévision, le secteur de la construction résidentielle n’aura baissé que d’environ 9 %.
  • L’emploi dans le secteur non résidentiel devrait demeurer à peu près inchangé par rapport aux niveaux actuels à la fin de la décennie.
  • Environ 25 % de la main-d’œuvre de la construction de la province devrait prendre sa retraite au cours des dix prochaines années.

« Le secteur non résidentiel de la Nouvelle-Écosse devrait être une source stable d’emploi en construction au cours de la décennie, a ajouté M. Ferreira. En plus de ses efforts de recrutement continus, le secteur pourrait devoir encourager la mobilité des travailleurs entre les secteurs non résidentiel et résidentiel afin de surmonter les difficultés liées aux départs à la retraite. »

ConstruForce Canada est une organisation nationale menée par l’industrie et représentant tous les secteurs de l’industrie canadienne de la construction. Il a pour mandat de fournir en temps opportun de l’information exacte et des analyses sur le marché du travail et d’offrir des programmes et des initiatives pour faire en sorte que la main-d’œuvre canadienne de la construction et de la maintenance puisse répondre à la demande, renforcer sa capacité et acquérir les compétences requises. Visitez le www.previsionsconstruction.ca.

Renseignements : Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada, par courriel, à Ferreira@buildforce.ca, ou par téléphone, au 613 569-5552, poste 222.

Financé par le Programme d’appui aux initiatives sectorielles du gouvernement du Canada.

Le secteur de la construction de Terre-Neuve-et-Labrador risque de perdre des milliers de travailleurs

Janvier 31, 2018

Ottawa – Selon les dernières prévisions sur le marché du travail publiées par ConstruForce Canada aujourd’hui, le secteur de la construction de Terre-Neuve-et-Labrador devrait perdre jusqu’à 30 % de sa main-d’œuvre, soit 6 800 travailleurs, au cours des quatre prochaines années à mesure que les grands projets prendront fin.

« Le plus grand risque est que le secteur n’aura pas les travailleurs dont il a besoin lorsque les projets reprendront, a déclaré Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada. Le défi sera maintenant d’attirer, de former et de retenir suffisamment de travailleurs dans un contexte de faible croissance afin de ne pas éroder la capacité du secteur à satisfaire les futurs besoins en main-d’œuvre. »

Selon le rapport Regard prospectif – Construction et maintenance 2018–2027 de ConstruForce Canada, l’emploi dans le secteur de la construction traverse un cycle baissier prononcé qui s’est amorcé au milieu des années 2000. L’achèvement de projets et un déclin prononcé dans la construction de nouvelles habitations et d’immeubles ICI (industriels, commerciaux et institutionnels) sont susceptibles de diminuer la main-d’œuvre de 20 %, ou 1 600 travailleurs, d’ici 2021. Les travaux liés au projet de construction de la centrale hydroélectrique à Muskrat Falls tirent à leur fin, et le démarrage du projet de plateforme de forage en mer West White Rose de Husky ne compensera que partiellement les pertes d’emplois prévus au cours des prochaines années. Une baisse des mises en chantier et le ralentissement de l’activité de rénovation devraient mener à une légère diminution constante de l’emploi dans le secteur résidentiel jusqu’à 2021, mais l’emploi retournera près des niveaux de 2017 d’ici la fin de la période de prévision. Dans l’ensemble, les besoins en main-d’œuvre du secteur de la construction devraient se stabiliser dans la plupart des marchés à compter de 2025.

En outre, le rapport de ConstruForce Canada fait état de ce qui suit :

  • L’emploi dans le secteur non résidentiel demeurera 15 % sous les niveaux de 2017 jusqu’à ce que de possibles nouveaux projets du secteur primaire s’amorcent plus tard au cours de la décennie.
  • L’emploi dans le secteur résidentiel devrait diminuer de 4 %, les diminutions les plus importantes étant enregistrées au cours des cinq prochaines années.
  • Plus de 6 000 travailleurs devraient prendre leur retraite du secteur de la construction de la province au cours de la prochaine décennie.

« La province perdra près du quart de sa main-d’œuvre en raison de départs à la retraite, a ajouté M. Ferreira. Une population en déclin et un bassin décroissant de jeunes travailleurs signifient que le secteur devra s’efforcer de contrer les répercussions des départs à la retraite afin de maintenir sa main-d’œuvre. »

ConstruForce Canada est une organisation nationale menée par l’industrie et représentant tous les secteurs de l’industrie canadienne de la construction. Il a pour mandat de fournir en temps opportun de l’information exacte et des analyses sur le marché du travail et d’offrir des programmes et des initiatives pour faire en sorte que la main-d’œuvre canadienne de la construction et de la maintenance puisse répondre à la demande, renforcer sa capacité et acquérir les compétences requises. Visitez le www.previsionsconstruction.ca.

Renseignements : Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada, par courriel, à Ferreira@buildforce.ca, ou par téléphone, au 613 569-5552, poste 222.

Financé par le Programme d’appui aux initiatives sectorielles du gouvernement du Canada.

Les grands projets exerceront des pressions sur la main-d’œuvre en construction de la Colombie-Britannique

Janvier 31, 2018

Ottawa

Selon les dernières prévisions sur le marché du travail publiées par ConstruForce Canada aujourd’hui, le démarrage de grands projets de pipelines, de transport et de gaz naturel liquéfié (GNL) l’an prochain pourrait entraîner des difficultés importantes sur le plan du recrutement, puisqu’il pourrait être nécessaire de trouver 16 000 nouveaux travailleurs au cours des trois prochaines années.

« Il pourrait s’agir de la plus forte augmentation dans la construction d’ouvrages de génie civil des dernières années, et cela se produit à un moment où il y a déjà une pénurie pour certains travailleurs spécialisés, a déclaré Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada. La main-d’œuvre du secteur de la construction de la Colombie-Britannique devra croître de jusqu’à 23 % d’ici 2021 afin de satisfaire les besoins, ce qui nécessitera donc une bonne planification. »

Selon le rapport Regard prospectif – Construction et maintenance 2018–2027 de ConstruForce Canada, même si le rythme de la construction devrait ralentir légèrement en Colombie-Britannique cette année, une importante expansion s’amorcera en 2019 et 2020, stimulée par divers projets dans les secteurs du gaz, des pipelines, des services publics, du génie civil et du transport. Le volume des besoins liés à ces projets sera considérable si tout se déroule comme prévu. Lorsque les projets commenceront à prendre fin entre 2022 et 2025, l’emploi diminuera, mais il demeurera tout de même au-dessus des niveaux actuels. Selon les prévisions, la construction d’immeubles commerciaux et institutionnels devrait continuer de croître, alors que le rythme de la construction résidentielle pourrait ralentir à compter de cette année jusqu’en 2024, puisque nombre de grands projets de construction de copropriétés tirent à leur fin. Les gains dans la construction non résidentielle aideront à compenser les pertes d’emplois dans la construction résidentielle, laissant l’emploi total aux niveaux actuels.

En outre, le rapport de ConstruForce Canada fait état de ce qui suit :

  • L’emploi lié à la construction de nouvelles habitations devrait diminuer de 23 700 emplois, retournant à des niveaux d’activité plus traditionnels à la suite d’une période d’expansion de cinq ans ayant fait croître l’emploi de 50 %.
  • On prévoit que la baisse dans la construction de nouvelles habitations sera compensée par quelque 8 450 nouveaux emplois (hausse de 23 %) dans les secteurs de l’entretien et de la rénovation résidentielle.
  • Plus de 8 000 travailleurs devraient être libérés lorsque les grands projets prendront fin après 2021; certains d’entre eux seront absorbés par la hausse dans les travaux d’entretien.

« Le départ à la retraite de bien plus de 40 000 travailleurs, ou d’environ 22 % de la main-d’œuvre en construction, au cours de la décennie, accentuera les difficultés sur le plan du recrutement, a ajouté M. Ferreira. Les travailleurs de métier ayant une expérience et des compétences spécialisées seront en demande pour les grands projets, surtout en régions éloignées. »

ConstruForce Canada est une organisation nationale menée par l’industrie et représentant tous les secteurs de l’industrie canadienne de la construction. Il a pour mandat de fournir en temps opportun de l’information exacte et des analyses sur le marché du travail et d’offrir des programmes et des initiatives pour faire en sorte que la main-d’œuvre canadienne de la construction et de la maintenance puisse répondre à la demande, renforcer sa capacité et acquérir les compétences requises. Visitez le www.previsionsconstruction.ca.

Renseignements : Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada, par courriel, à Ferreira@buildforce.ca, ou par téléphone, au 613 569-5552, poste 222.

Financé par le Programme d’appui aux initiatives sectorielles du gouvernement du Canada.

Les pressions exercées sur la main-d’œuvre en construction au Canada augmenteront à mesure que l’activité se stabilisera

Janvier 31, 2018

Ottawa – Selon les dernières prévisions sur le marché du travail publiées par ConstruForce Canada aujourd’hui, le secteur de la construction du Canada devra continuer d’accorder une attention particulière aux mesures de recrutement et de maintien en poste, car plus d’un quart de million de travailleurs de ce secteur devrait prendre leur retraite au cours de la décennie.

Selon les prévisions, la croissance de l’emploi en construction sera faible et inégale au cours de la prochaine décennie, à mesure que les niveaux d’activité se stabiliseront. On notera cependant des exceptions pour la vallée du bas Fraser en Colombie-Britannique et les régions du centre et de l’est de l’Ontario, où la hausse des besoins a dépassé la main-d’œuvre locale disponible.

« Malgré un ralentissement de la croissance de l’emploi dans la plupart des provinces, les pressions sur le recrutement s’intensifieront en raison du départ à la retraite de jusqu’à 21 % de la main-d’œuvre en construction du Canada au cours de la prochaine décennie, a déclaré Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada. Bref, le secteur devra accorder une attention particulière aux efforts de recrutement, de formation et de mentorat afin de prévenir d’éventuels écarts de compétences et de capacités au cours des dix prochaines années. »

Selon le rapport Regard prospectif – Construction et maintenance 2018–2027 de ConstruForce Canada, l’activité en construction devrait ralentir dans la plupart des marchés provinciaux en raison du vieillissement de la population et des demandes plus faibles pour les ressources naturelles canadiennes.

Malgré cette tendance, la main-d’œuvre devrait augmenter d’environ 22 000 travailleurs d’ici la fin de la décennie, étant donné que les faibles gains dans la croissance de l’emploi du secteur non résidentiel dépasseront les légères diminutions dans la construction résidentielle. La modernisation des infrastructures publiques et la hausse des besoins en rénovation résidentielle et en entretien du secteur de l’industrie lourde devraient aider à maintenir l’emploi au cours de la décennie. Les grands projets de transport, de services publics et d’autres infrastructures devraient faire augmenter l’emploi dans le secteur non résidentiel de 3 %, ou de 18 400 travailleurs, jusqu’à un sommet à court terme en 2020. Cette croissance se concentrera en Ontario et en Colombie-Britannique, stimulée par les grands projets de remise en état de centrales nucléaires, de GNL (gaz naturel liquéfié), d’énergie et d’infrastructures de transport. La croissance stable de l’emploi liée aux hausses prévues dans la construction d’immeubles commerciaux et institutionnels se maintiendra dans la plupart des provinces. Le ralentissement de la croissance démographique pourrait faire diminuer les besoins en construction de nouvelles habitations, mais toutes les baisses pourraient être essentiellement compensées par la hausse de l’activité de rénovation et d’entretien.

Les prévisions de ConstruForce Canada font également état de plusieurs thèmes communs pour la majorité des provinces :

  • L’incertitude entourant les prix des produits de base et la demande changeante à l’échelle mondiale se traduiront par des retards et des annulations dans les projets de mise en valeur des ressources naturelles. Par conséquent, l’emploi dans la construction d’ouvrages de génie civil devrait diminuer de 4 % au cours de la décennie; cette baisse sera partiellement compensée par les investissements prévus dans la modernisation d’infrastructures.
  • Les grands projets de transport collectif et d’autres infrastructures feront augmenter les possibilités d’emploi dans la plupart des provinces, stimulés par les investissements visant les infrastructures des gouvernements fédéral et provinciaux.
  • Les travaux d’entretien (industrie lourde et immeubles non résidentiels) augmenteront de façon stable, mais modérée, au cours de la décennie. Les besoins seront plus importants cette année en Alberta et au Nouveau-Brunswick.

« Afin de satisfaire les besoins en main-d’œuvre et de compenser la hausse des départs à la retraite, il faudra trouver jusqu’à 277 000 nouveaux travailleurs en construction au cours de la décennie, a ajouté M. Ferreira. En raison de la concurrence accrue pour un bassin décroissant de nouveaux venus, il sera nécessaire de multiplier les efforts en matière de recrutement afin d’attirer un grand nombre de nouveaux Canadiens, de femmes et d’Autochtones au sein de la main-d’œuvre en construction du Canada. »

Les points saillants de chaque province du rapport Regard prospectif – Construction et maintenance 2018–2027 de ConstruForce Canada se trouvent à l’adresse www.previsionsconstruction.ca.

ConstruForce Canada est une organisation nationale menée par l’industrie et représentant tous les secteurs de l’industrie canadienne de la construction. Il a pour mandat de fournir en temps opportun de l’information exacte et des analyses sur le marché du travail et d’offrir des programmes et des initiatives pour faire en sorte que la main-d’œuvre canadienne de la construction et de la maintenance puisse répondre à la demande, renforcer sa capacité et acquérir les compétences requises.

Renseignements : Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada, par courriel, à Ferreira@buildforce.ca, ou par téléphone, au 613 569-5552, poste 222.

Financé par le Programme d’appui aux initiatives sectorielles du gouvernement du Canada.

L’activité liée à la construction de nouvelles habitations et aux grands projets aidera à maintenir la main-d’œuvre de la construction de la Saskatchewan

Janvier 31, 2018

Ottawa – Selon les dernières prévisions sur le marché du travail publiées par ConstruForce Canada aujourd’hui, l’activité de construction en Saskatchewan devrait ralentir à court terme, mais une reprise dans la construction de nouvelles habitations, une hausse des travaux de rénovation résidentielle et le démarrage prévu de grands projets miniers et des services publics aideront tout de même à maintenir les besoins en main-d’œuvre de la province bien au-dessus des niveaux historiques.

« Il sera important de continuer à recruter et à former de nouveaux travailleurs pour les projets futurs, même si l’on traverse actuellement une période de faible croissance, a déclaré Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada. Bien que tout dépende du calendrier des projets du secteur primaire et des services publics, on s’attend à devoir trouver jusqu’à 3 500 nouveaux travailleurs entre 2022 et 2027. »

Selon le rapport Regard prospectif – Construction et maintenance 2018–2027 de ConstruForce Canada, l’incertitude entourant les prix des produits de base pourrait entraîner des pertes d’emplois dans le secteur de la construction d’ouvrages de génie civil jusqu’en 2021. Toutefois, de nouveaux projets miniers et des services publics devraient faire croître les besoins pour de nombreux métiers spécialisés entre 2022 et 2024. Une augmentation modérée prévue dans la construction d’immeubles institutionnels et commerciaux après 2021 contribuera à la croissance constante de l’emploi en construction d’immeubles industriels, commerciaux et institutionnels (ICI) pendant la deuxième moitié de la période de prévision. Une hausse des travaux de rénovation résidentielle et une reprise dans la construction de nouvelles habitations d’ici 2023 devraient faire croître l’emploi dans le secteur résidentiel de 26 %, ou de près de 3 600 emplois, pendant le reste de la période de prévision. Les besoins en main-d’œuvre globaux en construction devraient dépasser les niveaux actuels d’ici 2023.

En outre, le rapport de ConstruForce Canada fait état de ce qui suit :

  • L’emploi dans le secteur non résidentiel devrait diminuer de 7 %, ou de 2 300 emplois, pendant la période de prévision.
  • Les travaux de rénovation et d’entretien devraient probablement représenter plus de la moitié de l’emploi total dans le secteur résidentiel.
  • Le secteur devrait remplacer jusqu’à 9 300 travailleurs qui prévoient prendre leur retraite au cours des dix prochaines années.

« Au cours de cette décennie, la Saskatchewan devrait perdre 19 % de sa main-d’œuvre qualifiée en construction en raison de départs à la retraite, a ajouté M. Ferreira. Il faudra adopter des mesures de planification proactive pour contrer la perte de compétences et d’expérience d’une génération complète. »

ConstruForce Canada est une organisation nationale menée par l’industrie et représentant tous les secteurs de l’industrie canadienne de la construction. Il a pour mandat de fournir en temps opportun de l’information exacte et des analyses sur le marché du travail et d’offrir des programmes et des initiatives pour faire en sorte que la main-d’œuvre canadienne de la construction et de la maintenance puisse répondre à la demande, renforcer sa capacité et acquérir les compétences requises. Visitez le www.previsionsconstruction.ca.

Renseignements : Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada, par courriel, à Ferreira@buildforce.ca, ou par téléphone, au 613 569-5552, poste 222.

Financé par le Programme d’appui aux initiatives sectorielles du gouvernement du Canada.

L’emploi dans la construction au Nouveau-Brunswick sera stable au cours de la prochaine décennie

Janvier 31, 2018

Ottawa – Selon les dernières prévisions sur le marché du travail publiées par ConstruForce Canada aujourd’hui, les grands projets de construction industrielle et de génie civil, qui étaient auparavant les principaux moteurs de l’emploi au Nouveau-Brunswick, laisseront place aux activités de construction d’infrastructures traditionnelles et d’entretien. Ces dernières maintiendront la main-d’œuvre de la construction de la province près des niveaux actuels au cours de la prochaine décennie.

« Même si on se trouve dans une période de croissance plus faible, des difficultés sur le plan du recrutement devraient se faire sentir à l’automne de cette année, a déclaré Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada. Les travaux d’arrêt et d’entretien prévus d’une grande raffinerie entraîneront une hausse importante de la demande de travailleurs à court terme, surtout pour ceux ayant des compétences spécialisées. »

Selon le rapport Regard prospectif – Construction et maintenance 2018–2027 de ConstruForce Canada, l’activité de construction demeurera à peu près inchangée à court terme. Des besoins modérés, mais stables, dans les secteurs résidentiel et non résidentiel contribueront à maintenir la croissance de l’emploi en construction. L’activité de construction à long terme a été considérablement affaiblie par l’annulation du projet d’oléoduc Énergie Est. Un projet minier proposé et la hausse des investissements des gouvernements fédéral et provincial dans les autoroutes, les ponts et les autres infrastructures devraient faire augmenter l’emploi en construction d’ouvrages de génie civil jusqu’en 2020. Une fois ces travaux terminés, l’emploi devrait diminuer entre 2021 et 2022, avant d’augmenter de nouveau pendant la deuxième moitié de la période de prévision en raison du démarrage prévu du projet de remise en état du barrage de Mactaquac. La baisse de l’investissement institutionnel devrait entraîner la perte de 800 emplois dans la construction d’immeubles ICI (industriels, commerciaux et institutionnels) pendant la période de prévision. La construction de nouvelles habitations continuera également de ralentir, alors que les travaux de rénovation et d’entretien, qui représentent actuellement huit emplois sur dix dans le secteur résidentiel, continueront de croître.

En outre, le rapport de ConstruForce Canada fait état de ce qui suit :

  • L’emploi global devrait avoir diminué de 7 % en 2024, avant qu’une reprise partielle s’amorce.
  • L’emploi dans le secteur résidentiel demeurera pratiquement inchangé au cours de la décennie. La construction de nouvelles habitations représentera moins de 12 % de l’emploi total dans le secteur résidentiel, alors que les travaux de rénovation et d’entretien augmenteront de façon constante pendant la période de prévision.
  • Jusqu’à 28 % de la main-d’œuvre en construction devrait prendre sa retraite au cours des dix prochaines années, ce qui est supérieur à la moyenne nationale.

« La main-d’œuvre du secteur de la construction du Nouveau-Brunswick prend sa retraite à un rythme plus rapide que dans toute autre province, a ajouté M. Ferreira. Pour remplacer jusqu’à 7 100 travailleurs, il faudra s’efforcer d’attirer de nouveaux travailleurs provenant de groupes sous-représentés, notamment les Autochtones et les femmes, ainsi que parmi les nouveaux immigrants et les travailleurs d’autres secteurs. »

ConstruForce Canada est une organisation nationale menée par l’industrie et représentant tous les secteurs de l’industrie canadienne de la construction. Il a pour mandat de fournir en temps opportun de l’information exacte et des analyses sur le marché du travail et d’offrir des programmes et des initiatives pour faire en sorte que la main-d’œuvre canadienne de la construction et de la maintenance puisse répondre à la demande, renforcer sa capacité et acquérir les compétences requises. Visitez le www.previsionsconstruction.ca.

Renseignements : Bill Ferreira, directeur général de ConstruForce Canada, par courriel, à Ferreira@buildforce.ca, ou par téléphone, au 613 569-5552, poste 222.

Financé par le Programme d’appui aux initiatives sectorielles du gouvernement du Canada.

Pages